Officier de Saussine, mort en coulant le Poncelet

Henryk
Messages : 12
Enregistré le : 06 Mar 2010, 19:41
Localisation : Yssingeaux

Officier de Saussine, mort en coulant le Poncelet

Messagepar Henryk » 13 Avr 2015, 01:34


ALAIN
Messages : 1639
Enregistré le : 06 Fév 2012, 13:35
Localisation : MENTON

Re: Officier de Saussine, mort en coulant le Poncelet

Messagepar ALAIN » 13 Avr 2015, 09:03

Merci de rappeler De Saussine, il est des héros dont on parle moins hélas, parce qu'ils ont choisi le "mauvais" camp; mais tous avaient le même sentiment de servir la France.

Cordialement

Alain

DELAMBILY
Messages : 590
Enregistré le : 16 Juil 2011, 15:08

Re: Officier de Saussine, mort en coulant le Poncelet

Messagepar DELAMBILY » 16 Avr 2015, 17:42

Salut à Tous,

Issu d'une famille de marins, certains ont servi un camp, d'autres le camp opposé ; témoin privilégié de l'Histoire, je n'arrive pas à me faire à l'idée de l'utilisation de nos jours, de cette phrase "Ils ont choisi le mauvais camp". Un officier, plus témoin qu'acteur de cette époque, dans un plaidoyer du choix de son camp, en l'occurrence Vichy, pose en titre cette question "Où était l'honneur ?", si j'avais eu le plaisir de Le rencontrer, je lui aurais répondu : L'honneur, Commandant, est dans le camp choisi en conscience, dans la confiance accordée à ses chefs pour le maintien de l'indépendance et de la sauvegarde de l'intérêt de la Patrie, et suivant la situation du moment.

Ancien marin, le geste de sombrer avec son bâtiment me perturbe quelque peu, n'aurait-il pas été plus utile près de ses hommes ? En présence de la mort, je ne puis que m'incliner.
Auteur d'un certain nombre de biographies d'officiers de marine, et notamment celles de près de cinq-cents Commandants de sous-marins d'avant 1945. je n'ai trouvé que deux cas de Commandants disparus volontairement avec son bâtiment en période de guerre, Roland Morillot et Bertrand de Saussine, quelques ouvrages évoquent cet acte comme tradition chez les Commandants de sous-marins. Je suis sans réponse pour absence de mot clef et défaillance de mémoire !

Bibliographie succincte sur de Saussine :
Jacques Mordal (Hervé Cras) "La bataille de Dakar" chapitre X. Paris, Ozanne, 1956.
Antoine Redier "Un marin de légende : Bertrand de Saussine" Paris et Lyon, édition E. Vitte, (sd. 1942).
Etienne Taillemitte " Dictionnaire des marins français". 1ère édition : éditions maritimes et d'Outre-mer, 1982, page 308. 2ème édition : Taillandier, 2002, pages 482 et 483.
Claude Picard " Les sous-marins de 1500 tonnes". Marines éditions, 2006, pages 41 à 43.
Ce fait est signalé dans nombre d'écrits historiques sur la seconde guerre mondiale.

Précision avant de terminer, Bertrand de Saussine du Pont de Gault et Honoré d'Estienne d'Orves étaient amis d'enfance.

Cordialement,
André DELAMBILY, ancien du Gustave Zédé (1963-1966)

ALAIN
Messages : 1639
Enregistré le : 06 Fév 2012, 13:35
Localisation : MENTON

Re: Officier de Saussine, mort en coulant le Poncelet

Messagepar ALAIN » 16 Avr 2015, 18:53

DELAMBILY a écrit :Salut à Tous,

Issu d'une famille de marins, certains ont servi un camp, d'autres le camp opposé ; témoin privilégié de l'Histoire, je n'arrive pas à me faire à l'idée de l'utilisation de nos jours, de cette phrase "Ils ont choisi le mauvais camp". Un officier, plus témoin qu'acteur de cette époque, dans un plaidoyer du choix de son camp, en l'occurrence Vichy, pose en titre cette question "Où était l'honneur ?", si j'avais eu le plaisir de Le rencontrer, je lui aurais répondu : L'honneur, Commandant, est dans le camp choisi en conscience, dans la confiance accordée à ses chefs pour le maintien de l'indépendance et de la sauvegarde de l'intérêt de la Patrie, et suivant la situation du moment.

Ancien marin, le geste de sombrer avec son bâtiment me perturbe quelque peu, n'aurait-il pas été plus utile près de ses hommes ? En présence de la mort, je ne puis que m'incliner.
Auteur d'un certain nombre de biographies d'officiers de marine, et notamment celles de près de cinq-cents Commandants de sous-marins d'avant 1945. je n'ai trouvé que deux cas de Commandants disparus volontairement avec son bâtiment en période de guerre, Roland Morillot et Bertrand de Saussine, quelques ouvrages évoquent cet acte comme tradition chez les Commandants de sous-marins. Je suis sans réponse pour absence de mot clef et défaillance de mémoire !

Bibliographie succincte sur de Saussine :
Jacques Mordal (Hervé Cras) "La bataille de Dakar" chapitre X. Paris, Ozanne, 1956.
Antoine Redier "Un marin de légende : Bertrand de Saussine" Paris et Lyon, édition E. Vitte, (sd. 1942).
Etienne Taillemitte " Dictionnaire des marins français". 1ère édition : éditions maritimes et d'Outre-mer, 1982, page 308. 2ème édition : Taillandier, 2002, pages 482 et 483.
Claude Picard " Les sous-marins de 1500 tonnes". Marines éditions, 2006, pages 41 à 43.
Ce fait est signalé dans nombre d'écrits historiques sur la seconde guerre mondiale.

Précision avant de terminer, Bertrand de Saussine du Pont de Gault et Honoré d'Estienne d'Orves étaient amis d'enfance.

Cordialement,



Je suis totalement d'accord avec l'analyse de DELAMBILY, si j'ai choisi l’expression un peu simpliste, de "mauvais camp" c'est pour être compris des nouvelles générations qui ;et les média y sont pour beaucoup; ont vue manichéenne de cette période de notre histoire.

Cordialement

Alain

SL
Messages : 1520
Enregistré le : 21 Jan 2007, 16:50

Re: Officier de Saussine, mort en coulant le Poncelet

Messagepar SL » 26 Avr 2015, 21:56

Bonsoir,
Une petite précision : contrairement à ce que pourrait laisser croire l'ouvrage présenté sur le site "Traditions école navale", le blason figurant en couverture n'est pas celui de la famille de Saussine, mais l'insigne du sous-marin Poncelet (fabrication Arthus Bertrand).
Cordialement SL

DELAMBILY
Messages : 590
Enregistré le : 16 Juil 2011, 15:08

Re: Officier de Saussine, mort en coulant le Poncelet

Messagepar DELAMBILY » 26 Avr 2015, 23:41

Salut à Tous,
Bonjour SL,

Ce fait est retracé dans l'opuscule cité, pages 31 et 32, note 1 : "Adroit, curieux, prompt à réaliser ce qu'il avait pris plaisir à imaginer, il dessina lui même, un jour de verve, l'insigne, qui orne orne la couverture de cette plaquette, du navire à son commandement, le Poncelet. Le savant Poncelet avait inventé une certaine mesure de mécanique, pris part, en qualité de général, à la campagne de Russie et vu l'incendie de Moscou. Le blason porte, sur fond rouge, un fond de feu, les aigles impériales russes en tête ; au bas, sur fond vert, les étoiles de général ; au centre, un cheval d'or se cabre, derrière lequel on voit le tiers d'un autre coursier, la mesure "Poncelet" équivalant à cent kilogrammes, soit, en langage d'aujourd'hui où l'on compte en chevaux-vapeur, un cheval un tiers."

Copie conforme du texte de l'auteur, Antoine Redier.

Cordialement
André DELAMBILY, ancien du Gustave Zédé (1963-1966)

SL
Messages : 1520
Enregistré le : 21 Jan 2007, 16:50

Re: Officier de Saussine, mort en coulant le Poncelet

Messagepar SL » 27 Avr 2015, 22:31

Bonsoir,
Merci "Delambily" de ce message. Je n'avais pas voulu détailler la symbolique de l'insigne puisque le message initial n'était pas dans la bonne rubrique. Cette symbolique m'avait été expliquée par le chancelier de l'AEN (CV Bourgeois) qui, il y a une trentaine d'années m'avait offert l'insigne du sous-marin Poncelet. Une question demeure cependant : pourquoi les étoiles de général de division sont elles sur fond vert. Il m'a été dit que cette couleur était la couleur distinctive des officiers du génie ?? Etant peu familier avec les uniformes de l'armée impériale je n'ai jamais trouvé la réponse à cette interrogation.
Cordialement SL

DELAMBILY
Messages : 590
Enregistré le : 16 Juil 2011, 15:08

Re: Officier de Saussine, mort en coulant le Poncelet

Messagepar DELAMBILY » 12 Mai 2015, 02:47

Salut à Tous,
Bonjour SL,

Je viens de m'apercevoir que j'ai, il y a bien longtemps, rédigé une biographie du Général Jean Victor PONCELET en qualité de parlementaire français. A la vue de ce texte, j'en déduis que le vert (ou sinople) ne relève pas de son uniforme d'officier du génie, mais peut-être de l'habit de membre de l'Institut de France, depuis son élection le 17 mars 1834 à l'Académie des Sciences, en remplacement de Jean Nicolas Pierre HACHETTE. Ce n'est bien sûr qu'une proposition.
Je suis par contre gêné par les trois étoiles d'or. Toujours d'après mon texte, il est nommé général de brigade et gouverneur (commandant) de l'école Polytechnique le 19 avril 1848 par son ami François ARAGO, et quitte le service actif en 1850. Je n'ai pas trouvé trace de promotion au grade de Général de Division.

Cordialement,
André DELAMBILY, ancien du Gustave Zédé (1963-1966)


Retourner vers « Marins français célèbres et d'autres qui le sont moins... »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité