Quand la marine devient la Royale

jym
Messages : 135
Enregistré le : 21 Jan 2007, 16:44
Localisation : Bruxelles
Contact :

Quand la marine devient la Royale

Messagepar jym » 10 Fév 2007, 13:24

Le terme "La Royale" pour désigner notre marine nationale, semble quand même dater de la république.
Quelqu'un sait-il quelle est l'origine de ce glissement sémantique ?? :D :D
Cela ne date-il pas du moment où le ministère s'est installé "Rue Royale" ?
ancien de la marine de 1972 à 1980. Ecole des mousses, ecole des fourriers, DP Toulon, ER le Provencal

SL
Messages : 1542
Enregistré le : 21 Jan 2007, 16:50

QUAND LA MARINE

Messagepar SL » 10 Fév 2007, 17:49

Bonsoir,
Selon la version la plus couramment admise, l'appellation de "Royale"- généralement peu appréciée par ceux qui ont ou ont eu l'honneur de servir un temps significatif au sein de cette arme - trouverait son origine dans un article d'un "journaleux" de la première moitié du XXème siècle. A priori pour cet individu, cette appellation n'était pas particulièrement élogieuse.
Cordialement

Avatar de l’utilisateur
DUCHAMP Maurice
Messages : 3
Enregistré le : 13 Sep 2007, 16:28
Localisation : ECROUVES 54
Contact :

Messagepar DUCHAMP Maurice » 16 Sep 2007, 13:02

Bonjour,

Voir ce lien:
http://www.amazon.fr/Royale-Lhistoire-i ... 2352610222

Excellent ouvrage que j'ai eu le plaisir de lire et dans lequel l'auteur ne semble pas prêter une acception péjorative au vocable "LA ROYALE".

Cordialement :wink:
Ancien PILAV 1966/1982

sulac
Messages : 5
Enregistré le : 04 Avr 2010, 18:17
Localisation : Albi

la Royale

Messagepar sulac » 04 Avr 2010, 18:57

Bonjour,

On sait que tel nom utilisé sous une connotation péjorative, ou à tout le moins narquoise, ironique, ou sarcastique, peut très bien être récupérée par "ceux qu'elle vise" et être retournée pour lui donner la connotation inverse; les exemples sont nombreux, et c'est d'ailleurs la meilleure façon de contourner le problème!

En ce qui concerne "La Royale", tous les ouvrages plus ou moins anciens sur la Marine, ses amiraux, ses personnages dominants, etc... et notamment les ouvrages "d'époque" montrent bien que la marine française était avant tout "la marine du Roi" . Un navire appartenant à la Marine de la nation était avant tout "du Roi", une simple chaloupe l'était tout autant que le vaisseaux le plus imposant. En cela cette flotte se distinguait des autres vaisseaux privés.

C'était donc la Marine Royale, ou en raccourci "La Royale".

Alors qu'un journaleux ait fait un trait d'ironie sur le sujet cela ne change pas grand-chose...

Maritimement,
si tu veux regarder vers l'avenir regarde deux fois vers le passé

ROUSSEL Denis
Messages : 39
Enregistré le : 25 Oct 2011, 05:55
Localisation : Barcelonnette -04-
Contact :

Re: Quand la marine devient la Royale

Messagepar ROUSSEL Denis » 26 Jan 2013, 05:36

Bonjour,

"La Royale", appellation prononcée par une personne non coutumière de l'environnement maritime, me parait au contraire donner de la grandeur à la marine militaire, l'expression ainsi manifestée , éclaire le visage de celui qui en parle et l'on sent qu'elle se rapporte à une institution un peu hors norme, qui caractérise un armée de mer dirigée par une certaine élite sociale. Cela pourrait se rapporter au fait que beaucoup de nobles servait dans la marine sous la royauté , et que les événements maritimes liés aux victoires navales et à la découverte du nouveau monde, étaient le fait des navires du roi. On peut aussi parler de la marine , de son état-major, en citant la royale pour le rue qui dessert le bâtiment historique . Les liens qui unissent aujourd'hui divers pays avec la Grande Bretagne par le biais du Commonwealch, peuvent aussi influencer et faire confusion car on a la Royale Navy mais aussi, la Marine Royale canadienne entre autres.

Bien cordialement DR

Avatar de l’utilisateur
TLN 23
Messages : 172
Enregistré le : 14 Oct 2012, 10:29

Re: Quand la marine devient la Royale

Messagepar TLN 23 » 22 Fév 2013, 20:39

Bonsoir,

L'origine pour laquelle je tiens est ci-dessous.
Malgré plusieurs tentatives d'indépendance, et jusqu'en novembre 1929, la marine marchande dépend du ministère unique de la Marine; à partir de là, et jusqu'en 1958, elle forme un ministère à part.
En 1931 est construit à son profit l'immeuble de la place Fontenoy.
Après leur installation, les hauts fonctionnaires et surtout les administrateurs de l'Inscription maritime, par opposition avec leur nouvelle localisation, se mettent à qualifier leurs homologues de la marine de guerre de "gens de la rue Royale", puis par élision, des "gens de la Royale", en gardant l'initiale. Sans doute y mettent-ils une connotation ironique, voire malveillante.
Tout naturellement, par opposition à "la Marchande", aurait suivi pour la Marine nationale l'appellation de "la Royale", et par l'Inscription maritime, serait passé aux marins de la pêche et du commerce.
Si l'adresse du ministère avait été sur la place adjacente, la Marine serait-elle appelée " Concorde" voire "Concordia"? En 2017, sera-t-elle "la Balarde"?

Cette origine a été défendue par un amiral dans un Cols Bleus en noir et blanc, que je n'ai pas gardé, et j'y crois pour trois raisons :
- si c'était une rémanence de l'Ancien Régime, où, à la rigueur, de la monarchie de Juillet, dernière à avoir ce titre, comment cette apellation serait-elle passée inaperçue pendant un siècle? d'ailleurs, pourquoi la marine impériale, postèrieure, n'aurait-elle pas marquée le langage?
- je n'ai jamais entendu parler dans les carrés de "la Royale " pour qualifier la Marine nationale, si ce n'est par des réservistes, dont plusieurs sortaient des écoles de marine marchande, jamais par ceux venant de Navale;
- l'appellation apparaît peu avant la deuxième guerre mondiale; je la surveille depuis longtemps, mais comme c'est un terme familier, voire argotique, on le trouve peu par écrit.
La première trace que j'en ai est dans "La mer à boire" de Michel de Saint-Pierre, publié en 1951 : pendant l'été 1939, dans une discussion de poste d'équipage, où cohabitent des types : mocco, Noir, Parisien, Alsacien, et où les Bretons sont nombreux, un jeune aristocrate, fou de voyage et un peu paumé, dit (de mémoire)" il paraît que la Royale va compter son mazout et laisser à quai ses bateaux. Eh bien, je foutrai le camp dans la marchande!" Or l'auteur s'est engagé comme simple matelot en 1938, et son roman en est largement inspiré. L'expression se serait bien introduite par le lanage des matelots.

Expression ironique, je l'ai écrit plus haut, mais par un retournement de valeur comme l'évoque sulac, elle a pris dans le public un ton de grandeur et de nostalgie, et depuis vingt ans, on la trouve employée même par le CEMM.

D'accord avec sulac, en restant dans le langage militaire : vitrier, marsouin, gilet de basin, turco, sans parler de baille, piège ou bahut.

Cordialement, sinon royalement

Gilles Dmx
Messages : 3
Enregistré le : 07 Fév 2011, 21:38

Re: Quand la marine devient la Royale

Messagepar Gilles Dmx » 20 Jan 2014, 11:16

Message supprimé.

Motif expliqué à l'auteur par MP

Patrick le SCOUARNEC
administrateur du Forum

Klaus Günther v. Martinez
Messages : 847
Enregistré le : 12 Mai 2007, 09:41
Localisation : Allemagne

Re: Quand la marine devient la Royale

Messagepar Klaus Günther v. Martinez » 21 Jan 2014, 09:57

À mon avis "La Républicaine" :)

Eric.07
Messages : 43
Enregistré le : 21 Avr 2007, 12:27
Localisation : Veyras Ardèche

Re: Quand la marine devient la Royale

Messagepar Eric.07 » 21 Fév 2014, 22:12

Bonsoir à tous,

Je vous propose cet article paru sur la revue Cols Bleu du n°1960 du 17 octobre 1987

Pour ma part, je n'ai jamais utilisé le mot "Royale"

Désolé, je ne sais pas mettre une image :cry:

Eric
Recherche Rubans legendés marine nationale pour ma collection personelle, toute période même récent, tous rubans peu cacher une variété.
Merci


Retourner vers « Histoire de la marine française : Des origines à la naissance de la vapeur »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 5 invités