faux BELIER

Répondre
poucepied56
Messages : 79
Enregistré le : 24 Juin 2013, 15:19

faux BELIER

Message par poucepied56 » 16 Mar 2014, 13:57

bonjour,

encore un exemple de carte postale avec une fausse identification dans la légende :
faux Bélier0002.jpg
ce n'est bien sûr pas le contre-torpilleur de 300 tonnes !
alors ? je pense à un aviso-torpilleur au nom de rapace (condor, épervier, vautour ...)
un des spécialistes du forum devrait vite l'identifier, lui
Vous n’avez pas les permissions nécessaires pour voir les fichiers joints à ce message.

ALAIN
Messages : 1848
Enregistré le : 06 Fév 2012, 13:35
Localisation : MENTON

Re: faux BELIER

Message par ALAIN » 16 Mar 2014, 18:19

Il s'agit d'un croiseur-cuirassé de la classe Amiral Charner; après la suppression des mats militaires donc on élimine le Chanzy perdu trop tôt; restent l'Amiral Charner; le Bruix; et le Latouche Treville.

Alain

Avatar de l’utilisateur
capu.rossu
Messages : 1317
Enregistré le : 07 Mar 2007, 19:03

Re: faux BELIER

Message par capu.rossu » 16 Mar 2014, 19:33

Bonsoir,

Compte tenu des tuyaux de la cheminée arrière et de celui entre cette cheminée et les deux manches à air, il s'agit du Bruix.

@+
Alain

poucepied56
Messages : 79
Enregistré le : 24 Juin 2013, 15:19

Re: faux BELIER

Message par poucepied56 » 26 Mar 2014, 15:04

merci,
mais pourquoi les mats militaires ont ils été supprimés ?
et aussi quand ?

ALAIN
Messages : 1848
Enregistré le : 06 Fév 2012, 13:35
Localisation : MENTON

Re: faux BELIER

Message par ALAIN » 26 Mar 2014, 15:53

Le croiseur-cuirassé Bruix a perdu ses mats militaires lors d'une modernisation à Bizerte en 1910/11, comme beaucoup de croiseurs et de cuirassés à l'époque il s'agissait d'alléger les hauts afin d'améliorer la tenue à la mer.

Avatar de l’utilisateur
capu.rossu
Messages : 1317
Enregistré le : 07 Mar 2007, 19:03

Re: faux BELIER

Message par capu.rossu » 27 Mar 2014, 13:30

Bonjour,

Les bâtiments français de cette époque (fin XIXème) souffraient de plusieurs handicaps : forte tendance à prendre une gîte impressionnante lors des évolutions, voire par mer du travers, le fait que le can supérieur de la ceinture cuirassée se retrouvait, très souvent, sous la ligne de flottaison.
La cause principale de ces deux défauts était la surcharge de poids dans les hauts : mâture militaire complète abritant une artillerie légère anti-torpilleurs nombreuse (4 pièces de 37 ou 47 mm par hune) et existence d'un pont volant pour abriter une drôme surabondante. Pour y remédier, un programme d'allègement drastique fut mis en place au cas par cas : suppression totale ou quasi totale de la mâture militaire; diminution des ponts volants mais pas toujours de la drôme, déplacement de l'artillerie légère et diminution du nombre de pièces en les remplaçant par des canons de 65 mm plus puissants e de plus grande portée.
Par exemple, le 30 mai 1913, lors d'exercices de giration à grande vitesse par beau temps et mer calme en rade de Brest, la gîte du Charlemagne atteint 34° durant une quinzaine de secondes. Pour remédier à ce phénomène, il est décidé une réduction drastique des superstructures sur les trois cuirassés de la classe St Louis. Cela sera fait sur le St Louis et le Gaulois mais jamais sur le Charlemagne !
Comprenne qui pourra !

@+
Alain

Répondre