Les croiseurs lourds italiens face aux français

ALAIN
Messages : 1684
Enregistré le : 06 Fév 2012, 13:35
Localisation : MENTON

Les croiseurs lourds italiens face aux français

Messagepar ALAIN » 08 Nov 2012, 11:03

Les croiseurs lourds italiens résultent comme les croiseurs français de l'application des Traités navals de Washington du 6 février 1922 et sont donc soumis aux mêmes contraintes; les Traités de Washington ont mis les marines française et italienne exactement sur le même plan, il en est résulté tout au long de l'entre deux guerre une compétition entre les deux marines, chacune essayant dans les mêmes limites de construire des navires supérieurs à l'autre, cette compétition est particulièrement visible en ce qui concerne les croiseurs lourds. .

Ils ont été construits au nombre de sept exactement comme les croiseurs lourds français; aussi , il est intéressant, après l'étude de ceux ci, de procéder à la comparaison et de voir si les concepteurs de ces navires ont suivi la même évolution, que nos ingénieurs des construction navale.

Comme en France les croiseurs lourds transalpins se répartissent en trois classes:

-en 1923/24 les italiens mettent sur cale les deux croiseurs lourds du type Trento
-en 1924 nous mettons sur cale les deux Duquesne

-de 1925 à 1928 nous mettons sur cale les quatre Suffren
-de 1928 à 1931 les italiens mettent sur cale les quatre Zara,

-en 1929 les italiens mettent sur cale un dernier croiseur lourd le Bolzano
-en 1930 nous mettons sur cale un dernier croiseur lourd l'Algérie

Nous verrons que le choix des italiens fut très différent pour ce dernier croiseur lourd du notre,

Le nom de ces navires est déjà un symbole fort pour les italiens; il s'agit de villes situées dans les "terres irredentes"; aux confins de l' Adriatique convoitées à la fois par les italiens; l'ancien empire Austro-hongrois, dont la Yougoslavie a héritée; l'Italie prétend que cette région est habitée par une population italophone, et redoute leur slavisation, mais est aussi intéressée par les ports bien protégés et la construction navale de la région de Trieste.

Les croiseurs lourds du type Trento.

Image
Le Trento

Image
Le Trieste

Les croiseurs du type Trento: Trento et Trieste appartiennent au programme 1923-1924.

-le Trento a été mis sur cale en février 1925 au chantier Orlando de Livourne; lancé le 4 octobre 1927 et est entré en service en avril 1929.
-Le Trieste a été mis sur cale en juin 1925 au chantier de STT de Trieste; lancé le 24 octobre 1926 et est entré en service en mars 1930.

Ces bâtiments étaient très semblables; leurs caractéristiques étaient:
déplacement: officiellement 10 000 tw;
en réalité 11 065 t; 13885 tonnes en pleine charge
longueur: 196,60 m; largeur 20,65 m; tirant d'eau 5,45 m
puissance: 150 000 cv; vitesse 35 nœuds;
machines turbines à engrenage Parsons;12 chaudières Yarrow; 4 hélices; mazout 2 200 tonnes
effectif 35 officiers et 780 hommes
Armement: 8 canons de 203 mm
16 canons de 100 mm jusqu'en 1937;réduit ensuite à 12 pour renforcer la DCA .
16 canons de 37 mm AA depuis 1937
8 mitrailleuses de 13,2 mm AA depuis 1937
8 tubes lance torpilles de 533 mm
1 catapulte sur la plage avant; 2 avions
protection ceinture de 70 mm;pont blindé de 50 mm;tourelles 100 mm

Si on compare ces navires avec les Duquesne français; ils sont comparables en ce qui concerne la vitesse; l'armement secondaire et la protection sont plus importants, comparables à la série des Suffren; mais avec un tonnage supérieur de près de 2 000 tonnes; il est donc évident que contrairement aux français les italiens ont triché avec les traités; ils trichent également pour la vitesse aux essais dans un but de propagande, puisque ces essais sont effectués, coque vide, et sans armement; il en résulte que les résultats annoncés aux essais: 36,81 nœuds pour le Trento, ne seront jamais approchés, même de loin par la suite.

Image
Le Duquesne; avec le Tourville ce sont les équivalents des Trento italiens

Historique des Trento
Après une croisière en Amérique du sud en 1930; et une présence en extrême orient en 1932; le Trento rentre en Méditerranée qu'il ne quittera plus. En juin 1940 il escorte des mouilleurs de mines dans le détroit de Sicile; il participe au combat de Punto Stilo contre les forces britanniques en Méditerranée, il est atteint par une bombe qui n'explose pas lors du raid de l'aviation britannique sur Tarente du 12 novembre 1940, il est présent lors de l'engagement du Cap Teulade fin novembre, et aussi à la bataille du Cap Matapan en mars 1941, et la seconde bataille de la Syrte le 22 mars 1942, le 15 juin 1942 il fut atteint par une torpille lancée d'un avion Beaufort qui l'immobilise, le sous marin britannique Umbra l'achève par une torpille qui explose dans ses soutes; il coule rapidement.

Le Trieste aura la même carrière en Méditerranée que son sister-ship,jusqu'au 21 novembre 1941 ou il est atteint par une torpille du sous marin britannique Utmost; il regagne Messine avec difficulté; il est hors service jusqu' au milieu de 1942, ou il participe aux tentatives d'interception des convois de Malte, le 10 avril 1943 il est coulé par un bombardement aérien alors qu'il se trouve dans la base des iles La Maddalena près de la Sardaigne.


Les croiseurs lourds du type Zara.

Image
Le Zara

Image
Le Gorizia

Les croiseurs lourds du type Zara: Zara; Fiume; Gorizia et Pola peuvent etre considérés comme le pendant dans la marine italienne de nos Suffren; comme eux ce sont des navires dont la construction s'est étalée dans le temps; Zara et Fiume appartiennent au programme naval 1928/1929; Gorizia au programme 1929/1930 et Pola au programme 1930/1931; comme eux il s'agit d'une évolution vers des navires moins rapides, mais mieux protégés.

-le Zara a été mis sur cale en avril 1929 au chantier O.T.O.de La Spezia; lancé le 27 avril 1930 et est entré en service en octobre 1931.
-le Fiume a été mis sur cale en juillet 1929 au chantier STT de Trieste; lancé le 27 avril 1930 et est entré en service en novembre 1931.
-le Gorizia a été mis sur cale en mars 1930 au chantier O.T.O.de Livourne; lancé le 28 décembre 1930 et est entré en service en décembre 1931.
-le Pola a été mis sur cale en mars 1931 au chantier O.T.O.de Livourne; lancé le 5 décembre 1931 et est entré en service en décembre 1932.

Ces bâtiments présentaient de légères différences au niveau des superstructures de la tour avant; passerelles et écrans pare fumées plus ou moins enveloppants.
caractéristiques:
déplacement: officiellement 10 000 tw;
en réalité 11 500 à 11 900 t; 14 200 à 14 600 en pleine charge
longueur: 182,82 m; largeur 20,62 m ; tirant d'eau 6,15 m
puissance: 95 000 cv; vitesse 32 nœuds
machines turbines à engrenages Parsons; 8 chaudières Yarrow; 2 hélices; mazout 2 200 tonnes
effectif: 30 officiers et 800 hommes
Armement: 8 canons de 203 mm
16 canons de 100 mm jusqu'en 1937;réduit ensuite à 12 pour renforcer la DCA.
8 canons de 37 mm AA
8 mitrailleuses de 13,2 mm AA depuis 1937
1 catapulte sur la plage avant; 2 avions
protection ceinture de 150 mm au plus fort; pont blindé de 70 mm; tourelles 150 mm.

La comparaison avec nos bâtiments permet de constater que la aussi que la protection et l'armement secondaires sont plus importants que sur les Suffren, et sont comparable à ceux de l'Algérie, mais avec un déplacement supérieur de près de 2 000 tonnes aux limites imposées par les traités que l'Italie a signé; l'Algérie avec les gains de poids réalisé par suite de progrès technologiques,qui ne dépasse pas les limites autorisées par les traités, apparait à bien des point de vue supérieur; comme pour les Trento; les italiens ont également triché sur la vitesse des Zara; les 33 nœuds aux essais annoncés mais dans des conditions de charge absolument anormales, pour des effets d'annonce et de propagande ; coque vide et armement non encore installé; ces navires donneront au maximum 29 nœuds dans des conditions normales.

Image
Le Suffren; les Suffren;Colbert;Foch et Dupleix peuvent être considéré comme les équivalents des Zara.

Historique des Zara

Zara est navire amiral de la flotte italienne du 1er septembre 1933 au 15 septembre 1937, ou il est remplacé par le cuirassé Conte di Cavour, a son retour après refonte. Fiume; Gorizia et Pola participe aux activités de la flotte italienne dans les eaux espagnoles en 1936/1937, pendant la guerre civile. Fiume et Zara participent aux opérations d'Albanie d'avril 1939. En juin 1940, le Pola couvre l'opération de pose de champs de mines de Lampedusa; les quatre navires participent à la bataille de Punto Stilo le 9 juillet 1940; en septembre ils tentent d'intercepter les convois britanniques vers Alexandrie et Malte; Zara touché lors du combat du Cap Teulade le 27 novembre 1940 est en réparations; le 15 décembre c'est au tour du Pola d'être touché par une bombe dans la salle des machines n°3. En mars 1941,la bataille du Cap Matapan, tourne au désastre pour les italiens; d'abord le Pola est atteint par une torpille d'avion britannique dans la salle des machines qui l'immobilise; le Zara et le Fiume l'attendent pour lui venir en aide; les navires italiens n'ont pas de radars, aussi n'ont il pas vu arriver les cuirassés britanniques Warspite; Valiant et Barham qui les surprennent de nuit et les bombardent à coup de 380 mm; Zara et Fiume sont exécutés rapidement; le Pola toujours immobilisé, et les contre-torpilleurs italiens Alfieri et Carducci sont coulés, par les torpilles des destroyers britanniques Jervis et Nubian.
Le seul survivant de la série, le Gorizia,est touché à Naples par un raid de la R A F, le 20 novembre 1941, il participe néanmoins à la 1er bataille de Syrte en décembre 1941, il sort de moins en moins par suite de la pénurie de mazout; il est gravement avarié par un bombardement aérien le 10 avril 1943; en réparations à la Spézia, il est capturé par les allemands le 9 septembre 1943, suite à la capitulation italienne; il est coulé par une attaque des forces spéciales italo-britanniques le 26 juin 1944, sans avoir quitté la Spézia; l'épave utilisée comme blockship par les allemands sera démolie en 1946.

Le croiseurs lourds Bolzano.

Image
Le Bolzano; le dernier croiseur lourd italien est un retour a la classe Trento.

Tout comme l'Algérie pour la France; le dernier croiseur lourd italien le Bolzano est seul de son type; mais l'Italie n'a pas fait dans ce cas le même choix que nos ingénieurs; en effet le Bolzano est un Trento amélioré, c'est à dire un navire rapide, mais faiblement protégé. Il appartient au programme 1929.
-le Bolzano a été mis sur cale en juin 1930 au chantier Ansaldo Sestri Ponente à Gênes; lancé le 31 aout 1932 et est entré en service en aout 1933.

caractéristiques:
déplacement officiellement: 10 000 tw
en réalité 11065 t; 13 885 tonnes en pleine charge
longueur: 196,97 m; largeur 20,62 m; tirant d'eau 5,42 m
puissance: 150 000 cv; vitesse 36 nœuds
machines turbines à engrenages Parsons; 10 chaudières Yarrow; 4 hélices; mazout 3 000 tonnes
effectif:30 officiers; 800 hommes
Armement: 8 canons de 203 mm
16 canons de 100 mm jusqu'en 1937; réduit ensuite à 12 pour renforcer la DCA
8 canons de 37 mm AA
8 mitrailleuses de 13,2 mm AA depuis 1937
1 catapulte entre les cheminées; 2 avions.
8 tubes lance torpilles de 533 mm
protection ceinture 75 mm; pont blindé 50 mm; tourelles 100 mm

Comme tous les croiseurs lourds italiens il dépasse le tonnage autorisé de 2 000 tonnes environ; la vitesse aux essais de 38 nœuds obtenue dans des conditions de charge anormales, doit être réduite de 4 nœuds environ en service normal.

Historique du Bolzano

Le Bolzano se trouve à la bataille de Punto Stilo le 9 juillet 1940, ou il fut atteint mais pas gravement, il figure à la bataille de Matapan; cherche à intercepter les convois de Malte; le 25 aout 1941 il est atteint par une torpille tirée par le sous marin britannique Triumph; après trois mois de réparations, il repart tenter d'intercepter les convois de Malte, en rentrant il est torpillé par le sous marin britannique Unbroken le 13 aout 1942; ce qui cause un incendie, le Bolzano est remorqué jusqu'à Naples; trop gravement atteint pour les possibilités de ce port, il est remorqué ensuite à La Spézia; il n'est pas encore réparé lors de l'armistice du 9 septembre 1943, et tombe aux mains des allemands; le 21 juin 1944 toujours pas réparé, il est coulé en eau peu profonde par une attaque de"charriots"(torpilles humaines) anglo-italiennes partis de la vedette MS74; l'épave sera démolie en 1946.

L'Algérie; une avancée technologique
Image
L'Algérie; le dernier croiseur lourd français, le meilleur grâce aux avancées technologiques développées lors de sa construction.

En conclusion:
L'absence d'engagements ayant opposé nos croiseurs lourds aux italiens ne permet pas de préjuger des résultats; toutefois il semble que sur le papier au moins, nos bâtiments à l'exception de l'Algérie, étaient un peu inférieurs du point de vue de la protection et de l'artillerie secondaire.
En dépit de résultats aux essais spectaculaires, mais obtenus dans des conditions anormales; coque vide, sans armement.sans les installations de télémétries; résultats destinés surtout à satisfaire la propagande officielle, les vitesses en service courant des croiseurs italiens sont plutôt inférieures à nos croiseurs; le fait que les croiseurs transalpins aient dépassés de 2 000 tonnes environ le maximum prévu par les traités; alors que nos ingénieurs s'y tenaient scrupuleusement, explique qu'ils aient pu leur donner dans l'ensemble une meilleure protection.

Image
Le Fiume lors de ses essais; il ne porte pas ses tourelles de 203mm; ni ses télépointeurs; ni son armement secondaire; c'est un bâtiment non terminé qui procède à ses essais; comme pour tous les navires italiens; aussi leur propagande peut annoncer des performances lors de ces essais, que bien sur ces navires ne retrouveront plus, et de loin en service actif.

L'Algérie supporte aisément la comparaison avec les meilleurs croiseurs italiens, sans dépasser le tonnage autorisé par les traités, grâce aux avancées technologiques mises en œuvre: notamment un recours à la soudure pour la construction de la coque; et la surchauffe pour améliorer le rendement des machines permettant un important gain de poids (20% par rapport aux Duquesne);disponible pour accroitre de manière substantielle la protection.


Alain

Retourner vers « Histoire des marines étrangères : De la naissance de la vapeur à nos jours »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 3 invités