Il y a 100 ans l'épopée du croiseur de bataille Goeben

ALAIN
Messages : 1531
Enregistré le : 06 Fév 2012, 13:35
Localisation : MENTON

Il y a 100 ans l'épopée du croiseur de bataille Goeben

Messagepar ALAIN » 10 Aoû 2014, 21:46

Le croiseur de bataille allemand Goeben à fait pratiquement toute sa carrière sous le pavillon turc des le 16 aout 1914, il porte le pavillon ottoman prend le nom de Yavuz Sultan Selim, la décision d'enfermer les Goeben et le croiseur léger Breslau dans les détroits pour renforcer la marine ottomane comme l'empire ottoman et lui forcer la main pour entrer en guerre au coté de l’Allemagne, a pour conséquence de sacrifier toute possibilité de retour. Il est cédé à la Turquie officiellement à compter du 2 novembre 1918. Il s'agit d'un croiseur de bataille allemand sister-ship du Moltke.

Image
Le Goeben en 1914

Caractéristiques des Moltke et Goeben:
déplacement: 20846 tonnes; 23042 tonnes en pleine charge
dimensions: longueur 186,6 m; largeur 30 m; tirant d'eau 9,20 m
propulsion: 4 turbines à engrenages Parsons alimentées par 24 chaudières Schulz Thornycroft
puissance 52 000 cv; 4 hélices vitesse 28,4 nœuds,25,5 nœuds en service courant,rayon d'action 4 120 miles à 14 nœuds
protection ceinture cuirassée de 280mm au plus fort à 76,2,barbettes et tourelles(face) 230mm,casemates 200 mm,commandement 300 mm,pont blindé 76,2 mm
armement: 10 canons de 280 mm modèle 1909 tire des obus de 302 kg à 21 700 m (portée maximale,site à +22,5 ° après 1915).
10 canons de 150 mm en casemates
12 canons de 88 mm(jusqu'en 1916)
4 tubes lance torpilles sous marins
équipage 43 officiers et 1010 hommes

Le Motke est mis sur cale le 7 décembre 1908, aux chantiers Blom & Voss de Hambourg, il est lancé le 7 avril 1910 et entre en service le 30 aout 1911
En mai 1915 le Moltke participe à la bataille du Jutland, au cours de laquelle il toucha le croiseur de bataille britannique Tiger13 fois, et fut touché à 4 reprises, mais les navires s'en tirèrent tous les deux.
Le Motke se rendit aux alliés le 24 novembre 1918, et fut sabordé à Scapa Flow le 21 juin 1919, son épave à été relevée en 1927, et démantelée à Rosyth en 1929.

Le Goeben qui nous intéresse plus particulièrement, est mis sur cale le 28 aout 1909 aux chantiers Blom & Voss à Hambourg, lancé le 28 mars 1911, et entre en service le 2 juillet 1912.
Quand éclata la première guerre Balkanique en octobre 1912, le grand quartier général allemand envoie le croiseur de bataille Goeben, et le croiseur léger Breslau en Méditerranée pour faire respecter les intérêts allemands dans la région; ils rejoignent Constantinople.
Les deux navires appareillent de Kiel et arrivent à destination le 15 novembre 1912, les navires sont maintenus sur place lors du déclenchement de la deuxième guerre Balkanique, le 29 juin 1913, montrant le pavillon allemand dans près de 80 ports de la Méditerranée. Ils sont sous le commandement de l'amiral Wilhelm Anton Souchon, (2juin 1864 -13 janvier 1946).

L'assassinat de l'archiduc François Ferdinand à Sarajevo, entraine le maintien du Goeben sur zone. Il est caréné à Pola par des ingénieurs allemands.
Après avec canonné Philippeville et Bone en Algérie le 4 aout 1914, les deux navires rejoignent la turquie après avoir semé les escadres française et anglaise lancées à leurs trousses, les français trop loin ne peuvent les rattraper, les anglais les rencontrent avant la déclaration de guerre, et ne peuvent intervenir, ensuite les allemands leur font croire qu'ils se dirigent vers l'adriatique, pour changer de cap au dernier moment, et foncent sur les Dardanelles, qu'ils franchissent , et sont transférés à la marine Ottomane alors neutre le 16 aout 1914, et prennent les noms de Yavuz Sultan Selim (nom officiel jusqu'en 1936) pour le Goeben, et de Midilli pour le Breslau, toutefois ils conservent leurs équipages allemands, et le contre amiral Souchon devient commandant en chef de la marine turque, il a joué un role important dans la décision de l'empire ottoman d'entrer en guerre aux cotes de l'allemagne et de l'empire austro-hongrois.

Le 29 octobre 1914, le Yavuz bombarde Sébastopol sa première opération contre l'empire russe,
il coule le mouilleur de mines Prut, et endommage le destroyer Leitenant Pushchin, la Russie déclare la guerre à l'empire Ottoman suivie par la France et la Grande Bretagne.
Le 18 novembre 1914, il endommagea le cuirassé russe Evstafi au cours d'un duel d'artillerie.
En décembre 1914, alors que le Yavuz et le Midilli escortent des transports de troupes, le Yavuz saute sur deux mines dans le Bosphore, il est endommagé et ne peut recevoir que des réparations provisoires, faute de bassin de radoub assez grand; ce qui ne l’empêcha pas de continuer les escortes de convois, tout en engageant des navires russes sans résultat. La mise en service des dreadnought russes Imperatritsa Mariya et Imperatritsa Ekaterina Velikaya chargeant le rapport de force obligea l'amiral Souchon à plus de prudence; en février 1916 le Yavuz transporte des troupes et du matériel à Trebizonde pour tenter de stopper l'avance russe, le Yavuz et le Midilli sont utilisés en soutien des troupes à terre. En 1917 les deux navires sont bloqués par le manque de charbon.
En décembre 1917, l'armistice est signé entre Istanbul et Petrograd, le 20 janvier 1918 le Yavuz et le Midilli quittent les Dardanelles et se dirigent vers la Palestine au large de l'ile d'imbros, ils coulèrent les monitors Raglan et le M28; mais à l'entrée des Dardanelles, les deux navires tombèrent sur un champ de mines, le Midilli sauta sur plusieurs mines et sombra, le Yavuz sauta sur trois mines et du s'échouer, des avions et le monitor M17 anglais attaquèrent le Yavuz sans succés. Le Turgut Reis un vieux cuirassé ottoman, lui aussi ancien allemand, le remorqua jusqu'à Constantinople. Le 2 novembre 1918, le Yavuz devenait officiellement turc.

Suite à la guerre d'indépendance de Mustapha Kemal Atatürk, au traité de Lausanne du 24 juillet 1923, la république turque héritait de l'ancienne marine ottomane, et donc du Yavuz, qui resta jusqu'en 1926 abandonné à Izmir.. Il fut complètement refondu de fin 1928 à mars 1930 à Izmir, par les chantiers de Saint Nazaire Penhoet , la coque est réparée, les chaudières sont remplacées, la direction de tir reconstituée.En 1936 le nom de Yavuz Sultan Selim est officiellement simplifié en Yavuz.
En novembre 1938, il transporte les cendres de Mustapha Kemal Atatürk d'Istanbul à Izmir.

La Turquie étant neutre au cours du deuxième conflit mondial, le Yavuz n'intervient pas; sont armement anti aérien fut renforcé par 4 x 88 mm AA, 22 x 40mm et 24 x 20 mm; le mat arrière est supprimé, pour dégager le tir anti aérien.
Le 5 avril 1946, le Yavuz accueille le cuirassé américain Missouri ramenant le corps de l'ambassadeur de Turquie aux Etats-Unis.
Le Yavuz est mis en réserve en 1950, rayé en 1954, la proposition de le rendre à l'Allemagne en 1963, pour le préserver fut déclinée par Bonn.
Il fut vendu à un chantier de démolition en 1971, et démantelé de 1973 à 1976.

Il aura donc eu une carrière particulièrement longue de 42 ans dont 40 ans sous pavillon ottoman, et turc, dernier croiseur de bataille ayant existé, ultime témoin d'une époque, il est dommage qu'il n'ai pu être conservé.

Alain

Avatar de l’utilisateur
capu.rossu
Messages : 1133
Enregistré le : 07 Mar 2007, 19:03

Re: Il y a 100 ans l'épopée du croiseur de bataille Goeben

Messagepar capu.rossu » 10 Aoû 2014, 22:49

Bonsoir,

Poursuivant sa route vers l'est, la division croise, le 7 août à 17H30, dans les parages du cap Malée, le paquebot français Phrygie. Celui-ci ramène de Constantinople un contingent de réserviste qui rentre en France pour répondre à l’ordre de mobilisation. Le capitaine au long cours Mitrecey, commandant du navire français, à la vue des croiseurs allemands avait serré la côte au plus près. Le Goeben somme le paquebot de montrer ses couleurs. La Phrygie obtempère. Les deux croiseurs allemands s’éloignent alors sans autre manifestation. Durant tout le temps où s’est effectué le croisement, les Goeben et Breslau ont gardé leurs canons pointés sur la Phrygie.

@+
Alain


Retourner vers « Histoire des marines étrangères : De la naissance de la vapeur à nos jours »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 3 invités