12 FEVRIER 1942, Opération Cerberus

ALAIN
Messages : 1669
Enregistré le : 06 Fév 2012, 13:35
Localisation : MENTON

12 FEVRIER 1942, Opération Cerberus

Messagepar ALAIN » 03 Fév 2016, 22:53

12 FEVRIER 1942, Opération Cerberus

Le 12 février 1942, les cuirassés allemands Scharnhorst et Gneisenau passaient le détroit du Pas de Calais pour rentrer en Allemagne.
Les cuirassés Scharnhorst et Gneisenau après avoir attaqué les convois alliés dans l'Atlantique Nord du 18 janvier au 23 mars 1941, et coulé 22 navires marchands regagnent le port de Brest, qui constitue une excellente base sur l'Atlantique, pour effectuer des raids contre les convois alliés, mais qui dispose en outre de toutes les facilités pour réparer et entretenir de grands navires, avec son arsenal et ses bassins de radoub.Le Scharnhorst et le Gneisenau sont rejoint le 1er juin 1941, par le croiseur lourd Prinz Eugen qui doit réparer ses moteurs, après l'Opération Rheinubung au cours de laquelle a été coulé le croiseur de batailles britannique Hood, le 24 mai 1941, suivi le 27 mai 1941 par la perte du cuirassé allemand Bismark. Toutefois les navires allemands présents à Brest font l'objet d'attaques aériennes de plus en plus fréquentes; en outre l'opération Barbarossa, consistant en l'invasion de l'Union Soviétique ouvre un nouveau front, les convois alliés chargés de soutenir l'effort de guerre Soviétique en livrant du matériel de guerre, relient les Iles britanniques aux ports de Mourmansk et Arkangelsk, en longeant les cotes norvégiennes, les cuirassé allemands seraient donc plus utiles en Norvège pour attaquer ces convois.

Il est donc décidé de rapatrier les grands navires allemands stationnés à Brest; toutefois deux routes sont possibles pour regagner leur base en Allemagne; soit le détroit du Danemark en contournant les Iles britanniques par le nord, route longue est surveillée par la Home Fleet; soit passer directement par le détroit du Pas de Calais, devant les cotes britanniques, ce qui constitue un pari risqué; c'est pourtant ce trajet qui est retenu par Hitler.

L'organisation de l'opération est confiée au Commandant Naval de l'Ouest à Paris, l'amiral Alfred Saalwachter, et l'exécution au Vice amiral Otto Ciliax, commandant le groupement des navires à Brest, et qui a sa marque sur le cuirassé Scharnhorst.
L'opération est préparée par une campagne de dragage des mines, des stations de brouillage de radars sont mis en place, des U-boots sont chargés des observations météo, des destroyers sont envoyés à Brest pour renforcer l'escorte. L'amiral Ciliax est pessimiste sur l'issue de l'opération, mais l'ordre d'Hitler ne souffre pas de contestation. Il ne fait aucun doute pour les brestois que les bâtiments se préparent à partir, aussi pour essayer de tromper les éventuels informateurs britanniques sur la destination des navires, des rumeurs de départ vers l'Atlantique Sud sont diffusées, des tenues et casques tropicaux sont embarqués ostensiblement.
Les britanniques ne disposaient dans la Manche que de six destroyers, et trois destroyers d'escorte sous les ordres du Vice amiral Ramsay, insuffisant pour inquiéter les allemands, ceux ci comptent avant tout sur l'effet de surprise.

L'endroit le plus dangereux pour les allemands était le passage devant Douvres-Calais, ou les navires seront à portée des batteries côtières anglaises, les allemands ont quitté Brest de nuit pour éviter d’être repérés, mais cela impliquait le passage du Pas de Calais au milieu de la journée. La première partie du trajet se passe bien, leur départ n'a pas été signalé, les radars britanniques ne les ont pas détectés. Deux Spitfires les ont bien aperçu dans la Manche, mais n'étant pas chargés de leur recherche, et ne devant pas lever le silence radio, ils n'ont informé le commandement britannique qu'a leur retour.
Des vieux Fairey Swordfish attaquent les navires allemands, enfin repérés, avec beaucoup de courage et de pertes, mais sans dommages pour les allemands. Le 12 février, le Bomber Command réagit enfin, mais tardivement, et lance des attaques également sans succès; pas moins de 675 avions de la RAF décollent pour rechercher et attaquer les navires allemands, toujours aucun résultat. A midi l'escadre allemande passe le cap gris nez, a limite de portée des batteries côtières qui tirent sur les navires qui progressent en zig zag à 30 nœuds, la mauvaise visibilité empêche d'ajuster le tir, aucun navire n'est atteint.
Les six destroyers britanniques de Ramsay attaquent à leur tour, les torpilles n'atteignent pas leur cible, le destroyer Worcester est gravement avarié par l'artillerie du Gneisenau et du Prinz Eugen, mais parvient néanmoins à regagner sa base.
Dans la deuxième partie du trajet, le Scharnhorst est endommagé par l'explosion de deux mines au large de Flushing et Ameland, ce qui ne l’empêche pas d'arriver le 13 février à 10 h à Wilhelmshaven, le Gneisenau et lui aussi touché par une mine devant Terschelling qui fit peu de dommages; le Prinz Eugen le plus chanceux arriva indemne, ayant eu en tout et pour tout, un seul mort survenu lors d'une attaque aérienne britannique. Deux torpilleurs de l'escorte le T13 et le Jaguar ont aussi été légèrement endommagés. Le 13 février, l'amiral Ciliax pouvait télégraphier à l'amiral Saalwachter à Paris, pour l'informer du plein succès de l'opération Cerberus.
Les anglais ont perdu dans l'affaire 42 avions, et un destroyer endommagé, mais surtout subit une blessure d'amour propre dans leur fierté de puissance maritime.

Image
Le Gneisenau pendant l'opération Cerberus

Image
Le Scharnhorst pendant l'opération Cerberus

Toutefois il faut tempérer la victoire allemande, elle est totale du point de vue tactique; mais en fait elle constitue un repli stratégique, désormais les grands navires allemands ne sont plus une menace pour les convois à travers l'Atlantique; le 23 février 1942, le Prinz Eugen est gravement endommagé, torpillé par le sous marin britannique Trident. Le 26 février, le Gneisenau toujours en réparation suite aux dégâts causés par la mine, est gravement avarié à Kiel par une attaque aérienne, il ne sera plus jamais opérationnel jusqu'à la fin de la guerre; en effet, le 1er juillet 1942, il est désarmé, ses tourelles sont débarquées, il est envisagé de les remplacer par des tourelles doubles de 380 mm, ce qui ne sera jamais réalisé, les travaux sont abandonnés en 1943, et il est sabordé le 27 mars 1945, devant Gdynia, pour embouteiller le port et éviter son utilisation par les russes; l'épave du Gneisenau est démolie de 1947 à 1951.

Le Scharnhorst sort de réparation à l'automne 1942, il reprendra sa chasse aux convois dans l'Arctique, jusqu’à ce qu'il soit coulé le 26 décembre 1943, lors de la bataille du Cap Nord détruit par les obus de 356 mm du cuirassé britannique Duke of York, et les torpilles des destroyers britanniques Stord, Scorpion, Savage et Saumarez, escortant le convoi JW55b en route vers Mourmansk que le Scharnhorst à imprudemment attaqué,cette victoire est aussi celle du renseignement, les britanniques sachant depuis peu décrypter les messages codés allemands connaissaient la position du Scharnhorst, qui ignorait celle du Duke of York.

Le Prinz Eugen torpillé le 23 février 1942 , qui a perdu sa poupe dans l'opération, n' est réparé qu'en octobre 1942, il opère alors dans l'Atlantique Nord et en Baltique, à partir de mars 1943 jusqu'au début de 1944, il est utilisé comme bâtiment école en Baltique. le 15 octobre 1944, il aborde le croiseur léger Leipzig au nord de Hela, si le Prinz Eugen n'est pas gravement avarié,le Leipzig ne pourra plus être utilisé jusqu’à la fin de la guerre. Le Prinz Eugen soutien les troupes devant Dantzig, Swinemunde, bombardant les troupes soviétiques, le 10 avril 1945, il se rend à Copenhague, ou les britanniques en prennent le contrôle le 9 mai, le 27 mai 1945, en compagnie du croiseur Nurnberg, il est transféré à Wilhelmshaven.
Le 13 décembre 1945, lors du partage des restes de la flotte allemande, le Prinz Eugen est alloué aux Etats -Unis; le 13 janvier 1946, il part pour les USA, il arrive à Boston le 22 janvier 1946; en mars 1946, il gagne le Pacifique par le canal de Panama; en juillet 1946, il est utilisé comme cible lors de deux explosions atomiques sur l'atoll de Bikini; en septembre 1946, il est remorqué à Kwajalein, il chavire et coule à Enubuj le 22 décembre 1946.

Alain

Retourner vers « Histoire des marines étrangères : De la naissance de la vapeur à nos jours »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités