Bizerte internement de la flotte républicaine espagnole en 1939

ALAIN
Messages : 1531
Enregistré le : 06 Fév 2012, 13:35
Localisation : MENTON

Bizerte internement de la flotte républicaine espagnole en 1939

Messagepar ALAIN » 28 Avr 2016, 15:21

Suite à l'article sur l'internement à Bizerte de la flotte du général Wrangel en 1920 développée dans un article dans ce forum, j'ai appris relativement récemment qu'un autre internement mais de courte durée celui là, avait concerné en mars 1939 la flotte républicaine espagnole.

Le 5 mars 1939, Carthagéne se soulève, obligeant le gros de la flotte républicaine à quitter sa base et à se réfugier à Bizerte, ou elle arrive le 11 mars.
Les équipages demandent alors l'asile politique aux autorités françaises, les navires sont internés, sous la garde de quelques marins espagnols, les autres étant conduit au camp d'internement de Meheri Zabbens.
Le 31 mars 1939, des transports de personnel amènent à Bizerte des équipages franquistes, pour prendre possession des navires internés, et les ramener au pays. A son retour en Espagne, le croiseur Libertad est renommé Galicia.

Je suis preneur de toutes informations ou photos sur cet internement assez peu connu.

Cordialement

Alain

Jean Lassaque
Messages : 372
Enregistré le : 09 Mar 2007, 10:17
Localisation : Paris

Re: Bizerte internement de la flotte républicaine espagnole en 1939

Messagepar Jean Lassaque » 01 Mai 2016, 08:41

Bonjour Alain et bonjour à tous,
Voici ce que je peux vous dire sur cette affaire :
Au début de mars 1939, après deux ans et demi de guerre civile, la résistance de la république espagnole touche à sa fin et elle ne contrôle plus -outre Madrid- que la région sud-est du pays. Cette zone inclut la ville et le port de Carthagène où se trouve la principale base navale espagnole de Méditerranée. Considérant que la partie est perdue, un "conseil national de défense" se constitue et se désolidarise du gouvernement Negrin, voulant faire des offres de paix honorable aux autorités franquistes. Ce sera un échec car les nationalistes n'admettront qu'une reddition sans condition.
Une partie de la garnison républicaine de Carthagène -y compris la marine- entre en dissidence et se soulève dans la nuit du 4 au 5 mars 1939 entraînant des combats féroces avec les troupes loyalistes. Un ultimatum gouvernemental est lancé à l'escadre d'avoir à se soumettre, faute de quoi les navires seront bombardés par l'aviation et l'artillerie gouvernementales (néanmoins, c'est un bombardement aérien nationaliste qui coule le torpilleur Sánchez Barcaiztegui dans le port de Carthagène le 5 mars).
Pour se dégager, le CV Buiza commandant du croiseur Miguel de Cervantes et commandant supérieur des bâtiments à Carthagène fait appareiller l'escadre. Prennent alors la mer le 5 mars les croiseurs Miguel de Cervantes, Libertad et Méndes Núnes ainsi que les torpilleurs Ulloa, Jorge Juan, Escaño, Lepanto, Almirante Miranda, Almirante Valdés, Gravina et Almirante Antequera. En sus de leurs équipages, ils emportent environ 500 soldats et un certain nombre de femmes et d'enfants.
Une fois au large, l'escadre reçoit des ordres contradictoires. Le gouvernement républicain lui ordonne de rentrer à Carthagène tandis que les dissidents lui déconseillent de rentrer dans le port jusqu'à nouvel ordre. Les dissensions sont nombreuses dans l'escadre républicaine, certains commandants préconisant de rentrer à Carthagène pour prêter main forte aux dissidents mais le CV Buiza s'y oppose. Par ailleurs, il reste partisan du Conseil national de défense et se refuse à rallier de sa propre initiative un port de l'Espagne franquiste.
Finalement, le 6 mars, les onze bâtiments font route vers le plus proche port français, Oran, sachant que la France étant sur le point de reconnaître le gouvernement nationaliste, la remise de l'escadre à ce dernier ne sera qu'une question de jours. Successivement, l'accès au port d'Oran est refusé pour ne pas l'encombrer et l'escadre espagnole fait route à l'est vers Alger dont l'entrée lui est refusée pour les mêmes raisons puis elle continue vers Bizerte.
Le 7 mars, l'escadre mouille devant Bizerte (où le sous-marin C-4 rallie) et des contacts sont pris avec les autorités françaises de la régence. Un accord est vite conclu mais sur la base de l'internement des navires espagnols jusqu'à la fin de la guerre civile, ceci en vertu de la politique de non-intervention. Dans l'après-midi, le Miguel de Cervantes, la Libertad et le Jorge Juan rentrent dans le lac de Bizerte puis s'amarrent dans l'arsenal de Ferryville. Les neuf autres bâtiments suivent le lendemain. Toutes les équipages et les réfugiés sont consignés à bord pendant les pointages et vérifications effectuées par la gendarmerie et les douanes françaises.
Notons que, échappé isolément de Carthagène, le transport Tramontana mouille à Oran où il est interné le 7 mars dans les mêmes conditions.
Hormis des équipes de sécurité réduites maintenues à bord des navires, près de 4 000 ressortissants espagnols sont évacués des bords et internés dans des camps "de concentration" (c'est l'appellation de l'époque) de la région minière de Maknassy, au sud de la Tunisie, à une centaine de kilomètres de Gabès. Il s'agit d'une mesure administrative générale, le statut de réfugié politique n'étant accordé qu'à titre individuel. A l'époque, la France se méfie des "révolutionnaires espagnols", bien que la tenue et la discipline des marins républicains aient été parfaites après leur arrivée en Tunisie.
L'Espagne franquiste exige la remise immédiate des navires internés à Bizerte, mais la France réplique fermement que ces navires seront restitués au gouvernement légal du pays, après la fin de la guerre. Cette question va bloquer les négociations franco-franquistes en vue de la reconnaissance du nouveau gouvernement de l'Espagne. Or, dès le 25 mars la Grande-Bretagne restitue à l'Espagne franquiste le torpilleur José Luis Díez, interné depuis plusieurs mois à Gibraltar. La France ne peut que s'aligner et donne son accord pour la remise immédiate de la flotte de Bizerte aux nationalistes.
Le 26 mars, le torpilleur nationaliste Císcar arrive à Bizerte avec le contre-amiral Moreno chargé d'organiser le transfert. Les deux transports Mallorca et Marquès de Comillas amenant du personnel destiné au réarmement des navires arrivent à Bizerte le 31 mars.
La guerre civile prend officiellement fin le 1er avril 1939 et les couleurs de la république espagnole sont amenées. C'est sous le pavillon "sang et or" de l'Espagne franquiste que l'escadre appareille de Bizerte le 2 pour Cadix. Plus de 2 000 réfugiés rentrent en Espagne à bord des transports, les autres ayant choisi l'exil, parmi eux le CV Buiza qui est admis comme officier à titre étranger dans la légion. Il se doutait du sort que lui réservait Franco.
Cela dit, je ne suis pas spécialiste du sujet et encore moins de la marine espagnole, donc pardon d'avance pour les erreurs que j'ai pu commettre.
Cordialement
J. Lassaque

ALAIN
Messages : 1531
Enregistré le : 06 Fév 2012, 13:35
Localisation : MENTON

Re: Bizerte internement de la flotte républicaine espagnole en 1939

Messagepar ALAIN » 01 Mai 2016, 08:57

Merci Monsieur Lassaque,
C'est un récit très intéressant que vous avez fait.

Il ne manque que des photos des navires espagnols à Bizerte, j'aurais été intéressé de voir dans quel état était ces navires après des années de guerre civile.

Cordialement

Alain

Jean Lassaque
Messages : 372
Enregistré le : 09 Mar 2007, 10:17
Localisation : Paris

Re: Bizerte internement de la flotte républicaine espagnole en 1939

Messagepar Jean Lassaque » 02 Mai 2016, 16:06

Merci Alain,
Mais je vous avais prévenus que je risquais d'écrire des âneries. La preuve : la France a reconnu la junte nationaliste comme gouvernement légal de l'Espagne le 27 février 1939.
Cordialement
J. Lassaque

Avatar de l’utilisateur
OMNESJ
Messages : 406
Enregistré le : 11 Déc 2013, 12:50
Contact :

Re: Bizerte internement de la flotte républicaine espagnole en 1939

Messagepar OMNESJ » 06 Mai 2016, 09:59

Bonjour !

Juste quelques articles de La Dépêche de Brest et de l'Ouest que j'avais archivés à propos de l'internement de la flotte républicaine espagnole à Bizerte.
Peut-être peuvent-ils enrichir votre documentation.

DdB mercredi 8 mars 1939.JPG
[8 mars 1939]

DdB vendredi 10 mars 1939 2.JPG
[10 mars 1939]

DdB vendredi 17 mars 1939.JPG
[17 mars 1939]

Cordialement,

Avatar de l’utilisateur
OMNESJ
Messages : 406
Enregistré le : 11 Déc 2013, 12:50
Contact :

Re: Bizerte internement de la flotte républicaine espagnole en 1939

Messagepar OMNESJ » 06 Mai 2016, 10:02

Suite de mon précédent message (apparemment on ne peut afficher que 3 documents à la fois).

DdB lundi 3 avril 1939.JPG
DdB lundi 3 avril 1939.JPG (38.86 Kio) Vu 3038 fois
[3 avril 1939]

Cordialement,

ALAIN
Messages : 1531
Enregistré le : 06 Fév 2012, 13:35
Localisation : MENTON

Re: Bizerte internement de la flotte républicaine espagnole en 1939

Messagepar ALAIN » 06 Mai 2016, 12:42

Merci OMNESJ pour ces informations

Cordialement

Alain


Retourner vers « Histoire des marines étrangères : De la naissance de la vapeur à nos jours »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités