14 juin 1940 l'opération Vado

Répondre
ALAIN
Messages : 1776
Enregistré le : 06 Fév 2012, 13:35
Localisation : MENTON

14 juin 1940 l'opération Vado

Message par ALAIN » 06 Juin 2019, 16:16

Le 10 juin 1940 à minuit,l'Italie déclare la guerre à la France, un bombardement d'avions italiens Fiat BR20 sur Toulon est effectué dans la nuit du 12 au 13 juin sans qu'aucun des navires français n'ait été atteint, il faisait suite à un bombardement sur Bizerte le 12 juin; en représailles un raid naval prévu en cas d'attaque italienne est lancé dans le golfe de Gênes.

Une escadre appareille de Toulon le 13 juin à 21 h sous le commandement de l'amiral Duplat pour attaquer Gênes et les ports de Ligurie; elle se répartie en deux groupes: les croiseurs lourds Algérie, Foch et les contre-torpilleurs Aigle, Cassard, Chevalier Paul, Lion, Tartu et Vauban se dirigent sur Vado et Savone alors que le second groupe constitué des croiseurs lourds Colbert et Dupleix ainsi que des contre-torpilleurs Albatros, Guépard,Valmy,Vautour et Verdun se dirigent sur Gênes.
La couverture du dispositif est assurée par les sous-marins Iris,Vénus, Pallas et Archimède.

Au cours de la nuit du 13 au 14 l'escadre française navigue à 25 nœuds vers son objectif; le 14 vers 1 heure du matin des avions de l'armée de l'Air effectuent un bombardement sur les installations de Vado, qui occasionne peu de dégâts mais les quelques incendies facilitent le repérage des cibles pour les unités navales françaises.
A 3 h 48 les deux groupes se séparent, réduisent leur vitesse à 20 nœuds en se rapprochant de leurs objectifs respectifs; à 4 h 10, le groupe de Gênes est repéré par le torpilleur italien Calatafimi une unité ancienne du type Curtatone qui escorte le petit mouilleur de mines Elbano Gasperi chargé d'établir un champ de mines défensif; le torpilleur italien va lancer 4 torpilles sans résultats et va être victime d'un incident de tir qui met fin à son attaque. Le groupe Vado est attaqué par les vedettes lance torpilles italiennes: MAS 534; 535; 538 et 539. Le croiseur Algérie qui mène ce groupe tire sur les réservoirs à combustible à 14 500 m; l'artillerie secondaire du croiseur et le contre-torpilleur Aigle tirent sur les vedettes italiennes; la MAS 535 est légèrement avariée, les navires français sont pris sous le feu de la batterie AT17 de Savone et du train blindé n°3 de la marine italienne. Le Foch de son coté tire sur des établissements métallurgiques; la 5 ém division de contre-torpilleurs bombarde les réservoirs et une usine; à 4 h 48 l'escadre française commence à se replier, la formation se regroupe à 26 nœuds; seul le contre-torpilleur Albatros est touché à 4 h 52 par un obus italien de 152 mm de la batterie "Mameli" dans la chaufferie qui occasionne la mort de 12 chauffeurs ; les bâtiments réduisent leur vitesse à 25 nœuds pour permettre à l'Albatros de rester en formation. Le croiseur Foch a une avarie de barre à 5 h 52 et fait un tour complet, ce qui oblige à un nouveau ralentissement; puis l'escadre reprend sa route à 25 puis 27 nœuds, après deux fausses alertes aux avions à 6 h15et aux sous-marins à 7 h 55, les navires français sont de retour à Toulon le 14 juin a partir de 11 h 30.

Les résultats de cette bataille navale franco-italienne sont faibles; les croiseurs ont tiré plus de 500 obus de 203 mm; les contre-torpilleurs, 800 de 138 mm, soit au total environ 1600 coups en tenant compte de l'artillerie secondaire des croiseurs.

Alain

Répondre