La flottille 21F quitte Nîmes Garons pour rejoindre Lann-Bih

Avatar de l’utilisateur
coco038
Messages : 4
Enregistré le : 03 Nov 2009, 22:09
Localisation : Isére

La flottille 21F quitte Nîmes Garons pour rejoindre Lann-Bih

Messagepar coco038 » 08 Juin 2011, 15:08

"Les larmes envoient toujours les messages que le coeur ne peut envoyer en paroles"

Extrait de Mer & Marine du 8 juin 2011

La flottille 21F quitte Nîmes Garons pour rejoindre Lann-Bihoué

Ambiance solennelle sur la base aéronavale de Lann-Bihoué hier matin. Autour du contre-amiral Henri Bobin, commandant de l'aéronautique navale française, le capitaine de vaisseau Laurent Hava, commandant de la base morbihannaise et le capitaine de frégate Henri-Benedict Trippier de Lagrange, commandant de la flottille 23F, ont accueilli leurs « camarades du sud », la flottille 21F de Nîmes-Garons. Située dans le Gard, la BAN de Nîmes-Garons va, en effet, fermer ses portes le 2 juillet prochain, suite à une décision prise en août 2008 dans le cadre de la réforme générale des politiques publiques. Deux unités de Nîmes-Garons, la flottille 28 F de Xingu ainsi que le Centre d'expertises de patrouille de surveillance et d'intervention maritime, ont déjà rejoint la base lorientaise à l'été 2010. Avec l'arrivée de la flottille 21F, composée d'avions de patrouille maritime Atlantique 2, et celle de l'école du personnel volant, dont les cours reprendront à Lann-Bihoué à la rentrée prochaine, c'est désormais l'ensemble de la base sudiste qui prend ses quartiers en Bretagne.

500 personnes, une école et deux flottilles rejoignent Lann-Bihoué

Une arrivée que les Lorientais préparent depuis deux ans. « Il y a plus d'avions et 500 personnels supplémentaires que nous devons accueillir », précise le capitaine de vaisseau Christian Clouet, commandant en second de la base, qui supervise les travaux d'agrandissement des locaux. Autour des bâtiments actuels, il y a des chantiers un peu partout. Des algecos entourent les bâtiments de restauration, des nouvelles casernes sont prêtes à accueillir les célibataires géographiques, de gigantesques structures métallo-textiles abritent les Falcon 50 de la 24F, en attendant la construction de nouveaux hangars, un nouveau pôle inter-flottille est construit pour abriter les états-majors de la 21F et de la 23F, les taxiways sont rallongés... En tout, une cinquantaine de millions d'euros a été budgétée pour les travaux. « Nous continuons à assurer la permanence 24h/24 en utilisant pour le moment des solutions provisoires jusqu'à la fin des travaux en 2013 », explique le capitaine de vaisseau Laurent Hava, commandant de la BAN de Lann-Bihoué.
Lorient va donc désormais abriter deux flottilles d'Atlantique 2, soit une quinzaine d'avions en ligne pour les missions de patrouille maritime ; la flottille 28F avec ses 11 Xingu qui servent au « vieillissement » des pilotes, ainsi qu'au transport de fret ; la flottille 4F dotée d'avions de guet aérien E-2 C Hawkeye embarqués sur le porte-avions et la flottille 24F avec ses Falcon 50, dédiés aux missions de surveillance maritime. Celle-ci devrait prochainement s'étoffer puisque deux unités, auparavant affectées aux déplacements des autorités, vont rejoindre en 2012, après transformation, les quatre avions composant actuellement la flottille. Ces appareils seront également dédiés à la surveillance maritime mais ne seront, en revanche, pas équipés de chaîne SAR (Search and Rescue) pour le sauvetage en mer.
Au total, dès cet été, 2000 personnes, contre 1500 actuellement, travailleront sur la base.

Les gazelles de Tindouf rejoignent les mouettes blanches

Devant le ruban bleu blanc rouge de l'inauguration du nouveau pôle inter-flottilles, les hommes de la 21F et de la 23F se font face-à-face. Ils se connaissent déjà, ils vont bientôt travailler ensemble. « Le marin a soif d'aventure et d'inconnu, c'est une nouvelle page du grand livre d'histoire de la patrouille maritime qui s'ouvre aujourd'hui », leur rappelle le capitaine de corvette Jean-Christophe Turret, commandant de la 21F. Et la flottille n'en est pas à son premier déménagement. Créée en 1940 à Médiouna au Maroc, la formation des « gazelles de Tindouf » commence à opérer en Afrique sur des bombardiers Glen Martin 167. Devenue 21F en 1953, elle est alors armée de Lancaster puis de Neptune. Elle rejoint la base de Nîmes-Garons en 1963 où elle volera sur Bréguet Atlantic à partir de 1965 puis sur Atlantique 2 à partir de 1993. « La 21F, aujourd'hui, c'est 50.000 heures de vol sur ATL2, dont nous préparons à recevoir les premiers modèles à cockpit rénové », souligne le commandant Turret. Il sourit en direction des hommes de la 23F, « nos deux flottilles sont très similaires, on parle même de flottilles soeurs, nous nous côtoyons au combat, nous nous connaîtrons désormais mieux car nous nous préparerons ensemble au combat ».
Les Mouettes Blanches, comme il convient d'appeler ceux de la flottille 23F, ont, par la voie de leur commandant Trippier de Lagrange, souhaité la bienvenue à leurs camarades. Et celui-ci a tenu à rappeler que l'arrivée de la flottille nîmoise est un « événement historique qui restera gravé dans les cahiers de marche de la PATMAR (patrouille maritime, ndlr), comme l'ont été les nombreuses pérégrinations de nos anciens avant nous ». Le commandant de Lann-Bihoué, en assurant la flottille 21F du soutien indéfectible de ses hommes, a également rappelé les enjeux de taille qui attendent la base. « Il faut poursuivre l'activité opérationnelle dans le bassin méditerranéen à partir de la base d'Hyères pour laquelle il faudra trouver la solution la plus pertinente. Nous devons également assurer un retour à une meilleure disponibilité de la flotte et le maintien en permanence de la sécurité aérienne ».

« Garder deux flottilles pour les ATL 2 »

Le contre-amiral Henri Bobin a préparé quelques mots pour tous « ses » marins du ciel. Il commence par parler du rapprochement des flottilles, du redéploiement qui éloigne les moyens du théatre méditerranéen et se rapproche des moyens de la force océanique stratégique à Brest, de la disponibilité accrue des appareils que devrait permettre le rapprochement des parcs, de l'expertise des centres de commandement opérationnels. Mais assez vite, il laisse ses notes. « Je voulais vous dire que ce qui me tient à coeur, c'est que nous sommes des marins. Et que nos flottilles sont organisées comme des bateaux. Et que je ferai tout pour conserver cette organisation à taille humaine. Il faut garder deux flottilles d'ATL2 à Lann-Bihoué, il faut créer de l'émulation et conserver la verticalité des connaissances, qui permet aux générations de marins se cotoyant dans les flottilles de se passer les savoirs et de s'apprendre mutuellement. L'aéronavale vit une situation post-guerre froide où elle paie les dividendes de la paix. Et pourtant, nous vivons dans un monde beaucoup moins pacifique qu'il y a 20 ans et nous sommes désormais dans une activité permanente. Notre action actuelle, sur de nombreux théâtres d'opérations, démontre toute la pertinence de l'aéronautique navale et il revient à tous de conserver l'esprit d'équipage qui est le notre actuellement et qui nous permet de faire face à nos nombreux engagements opérationnels ».

"Pour avoir une Marine, il faut la vouloir beaucoup et la vouloir longtemps longtemps"

[/b][/u]
Coco038

Retourner vers « Histoire de l'Aéronautique Navale »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 6 invités