Corps des professeurs d'hydrographie de la marine

DUCLOS
Messages : 203
Enregistré le : 03 Nov 2007, 15:44

Corps des professeurs d'hydrographie de la marine

Messagepar DUCLOS » 14 Avr 2010, 11:43

bonjour,


je vous présente un ensemble de broderies intéressantes que j'ai pu identifier comme appartenant au corps des examinateurs et professeur d'hydrographie de la marine. (velours couleur pensée, feuilles acanthe et olivier)

compte tenu du faible effectif de ce corps et d'une durée de vie assez courte de l'habit brodé, je n'étais pas sur qu'une épaulette brodée avait été prévue par le règlement. (au même titre que pour l'habit brodé de tresorier des invalides de la marine). Il semble que OUI

Un internaute sur un autre site m'a amicalement donné comme référence le décret du 07 mars 1914 concernant la tenue de ces officiers (à priori peu nombreux dans ce corps). Quelqu'un aurait il des informations sur ce decret ? et ce corps ? dates du port de l'habit brodé ? date de creation / extinction de ce corps ? Statut : officier ? rattachement au ministère de la defense ?(il me semble qu'il existe encore des professeurs pouvant porter l'uniforme dans les écoles de l'état : marine marchande)

Merci d'avance

Cordialement,


Image
Je recherche les anciennes tenues, coiffures et équipements de la marine avant 1945

Phydro
Messages : 4
Enregistré le : 30 Avr 2010, 18:31

Professeurs d'hydrographie

Messagepar Phydro » 30 Avr 2010, 18:58

Bonjour,

Le sujet est vaste. Le corps des professeurs d'hydrographie a été créé par l'ordonnance de 1681 de Colbert sur la Marine.
Parmi ses représentants les plus éminents on trouve Philippe Descartes, Pierre Bouguer et Gaspard Monge.
Le corps est placé sous l'administration du ministre de la marine en 1825. Les Professeurs d'Hydrographie, bien qu'étant des assimilés civils comme les professeurs de l'Ecole Navale, se voient attribués un uniforme. Plusieurs arrêts du conseil d'état confirment leur statut civil au 19e siècle.
Ils passeront au ministère du commerce et de l'industrie de 1902 à 1914, date à laquelle ils reviendront sous la tutelle du ministère de la marine.
L'état de militaire leur sera imposé en 1929. En 1966, ils changent de nom pour devenir "Professeur de l'Enseignement Maritime". Le corps bien que mis en extinction en 2008, existe toujours.
Les Professeurs de l'Enseignement Maritime exercent une mission d'enseignement et de recherche au sein de l'Ecole Nationale Supérieure Maritime implantée à Saint-Malo, Nantes, Le Havre et Marseille. Bien que militaires, ils ne dépendent pas du ministère de la défense nationale mais du ministère chargé de la mer.
L'uniforme actuel comporte les parements couleur pensée et les ardoises pour les professeurs généraux.


Effectif :
- de 1720 à 1870 : environ 45,
- de 1890 à 1920 : moins de 20,
- depuis 1960 : environ 60.

Vu les épaulettes, je pense qu'elles ont dû appartenir à un examinateur. Je serai curieux de connaître leur origine.

Je travaille à une histoire de l'enseignement maritime en France et dispose de bien d'autres informations.

Cordialement,

SL
Messages : 1506
Enregistré le : 21 Jan 2007, 16:50

Examinateur et professeurs d'hydrographie

Messagepar SL » 30 Avr 2010, 21:17

Bonsoir,
Le décret du 3 juin 1891 ayant été mis en vigueur avant que soit reconnue la qualité d'officier à l'examinateur et aux professeurs d'hydrographie, il faut qu'un an plus tard, un nouveau décret vienne confirmer les dispositions relatives à leur uniforme (22 octobre 1892).

Selon ce décret, l'étoffe et la couleur des parements ainsi que la nature des broderies attribuées à ces officiers sont :
- velours pensée pour les parements et le collet de l'habit,
- broderies en or figurant des branches d'acanthe et d'olivier.

Ces dispositions sont celles qui avaient été arrêtées par le décret de juin 1891. La seule nouveauté réside dans le fait que désormais l'examinateur et les professeurs porteront une patte mobile lorsque les officiers de marine porteront l'épaulette. La broderie de cette patte est analogue à celle du collet de l'habit ou de l'écusson de taille.

Petite précision : les pattes d'épaules mobiles (et non épaulettes) ne sont pas celles de l'examinateur d'hydrographie (je n'ai pas vérifié sur les annuaires mais les différents décrets ne parlent de lui qu'au singulier et on peut donc en déduire qu'il était unique) mais d'un professeur d'hydrographie de 1ère classe.
Identification confirmée par la présence des parements de manche dont le dessin est commun à tous les officiers de la marine de grade assimilé à celui - qui n'existe plus à l'époque - de capitaine de corvette.

Cordialement SL

Phydro
Messages : 4
Enregistré le : 30 Avr 2010, 18:31

Messagepar Phydro » 01 Mai 2010, 00:12

Bonsoir,

Intéressant.

Le premier uniforme des examinateur et professeurs d'hydrographie est défini par le règlement du 7 août 1825 :
1. L'uniforme des examinateurs de la marine et des professeurs d'hydrographie est déterminé ainsi qu'il suit.
HABILLEMENT.
Habit en drap bleu de roi; collet et parements en velours noir; pantalon bleu ou blanc ; boutons à l'ancre, sans légende ; chapeau à cornes, avec ganse en or.
MARQUES DISTINCTIVES.
EXAMINATEURS.
Double broderie au collet et sur les mancbes, et un écusson au lias de la taille. Le premier rang de la broderie aura cinquante millimètre» de largeur; le second, vingt-cinq millimètres.
PROFESSEURS DE 1e CLASSE.
Broderie au collet et sur les manches; écusson au bas de la taille. La broderie aura cinquante millimètres de largeur.
PROFESSEURS DE 2e CLASSE.
Broderie au collet et aux parements, de quarante millimètres de largeur, sans écusson.
PROFESSEURS DE 3e CLASSE.
Une ancre entourée de broderie au collet et sur les manche».
PROFESSEURS DE 4e CLASSE.
Une ancre «impie entourée d'un câble sur le collet et sur les manches.
2. Les broderies seront en or et conformes aux dessins adoptés par notre ministre de la marine; elles seront exécutées au passé et à frisure sans paillettes.
3. Toutes dispositions contraires au présent règlement sont et demeurent abrogées.
CHARLES. Comte DE CHABROL.

Je n'ai malheureusement pas de photo. On notera qu'à l'époque collets et parements sont en velours noir.

La nomination par le roi leur a été accordée par une Ordonnance de février 1836 mais sans inclure l'état d'officier et encore moins l'état militaire. L'uniforme leur a été donné afin d'établir leur autorité vis à vis des élèves, en particulier des élèves-officiers de la marine militaire et de l'Ecole Navale où ils interviennent.
Le corps civil des professeurs de l'Ecole Navale est créé en 1887 et les professeurs d'hydrographie ne sont alors plus appelés à enseigner aux militaires.
De plus un arrêt du CE de 1884 confirme le statut civil des professeurs d'hydrographie et leur accorde le droit de vote.
Ces évolutions sont mal vécues par les intéressés (sans parler de l'abaissement des limites d'ages par l'amiral Aube) et le professeur de Saint-Brieuc assassine sa famille et se suicide de désespoir en septembre 1890...en ayant pris soin d'adresser une lettre explicative au journal "Le Gaulois"! Devant l'émotion suscitée, le ministre se décide à considérer en 1892, par simple circulaire, les professeurs d'hydrographie comme des officiers mais leur statut reste cependant juridiquement civil jusqu'en 1914 voire 1929.

Je n'ai malheureusement pas les décrets de 1891 et 1892. Il me semble que les épaulettes sont à l'époque le signe distinctif des officiers militaires et que les uniformes des assimilés civils n'en comportent pas (à confirmer). La patte mobile ressemblerait alors fort à une concession : était-ce une spécificité unique parmi les uniformes de l'époque ?

Concernant les examinateurs, l'Ordonnance de 1825 fixe leur nombre à deux (1 examinateur et un examinateur adjoint) et en pratique il y en a toujours eu de 1 (en période de restriction donc peut-être bien début 20e) à 3 (actuellement 2 professeurs généraux de l'enseignement maritime).

Pour les assimilations aux grades de la marine militaire, je n'ai pas creusé mais j'aurai tendance à être prudent. En effet aucun texte ne définit l'assimilation et il faut donc se reporter aux soldes. Or il me semble que le professeur d'hydrographie avait le devoir d'acheter sur ces propres deniers les livres et matériels nécessaires à son art. L'affaire n'est pas simple.


Cordialement, Phydro

SL
Messages : 1506
Enregistré le : 21 Jan 2007, 16:50

Examinateur et professeur d'hydrographie

Messagepar SL » 03 Mai 2010, 22:05

Bonsoir,
La remise en cause de l’état d’officier des examinateurs et professeurs d’hydrographie ne peut être considéré que comme un épiphénomène, aux conséquences parfois tragiques il est vrai.
Même si le texte du 15 juin 1892 n’est qu’une circulaire, elle est cependant fondamentale dans la mesure où elle rappelle sans ambiguïté qu’en vertu du principe de la "collation du grade d'officier par le roi, l'intervention de ce dernier" doit être considérée comme "le critérium de la qualité d'officier".

Et la conclusion de cette circulaire est tout aussi claire :
"En résumé, l'ordonnance de 1836, en décidant que les professeurs d'hydrographie seraient désormais nommés par le chef de l'Etat, leur a conféré l'état d'officier avec toutes les prégoratives qui y sont attachées et dans les conditions analogues à celles dont jouissent les agents administratifs des directions de travaux".

Cette situation sera confirmée par l'article 58 de la loi de finances de 1907 (JO du 31 janvier) qui dispose :

"Le bénéfice des dispositions de la loi du 19 mai 1834 et de l'ordonnance du 29 février 1836, relatives à l'état d'officier, et le droit aux différents traitements de la légion d'honneur, sont maintenus aux examinateurs et professeurs d'hydrographie, passés au ministère du commerce et de l'industrie, en vertu du décret du 31 octobre 1906, ainsi qu'aux officiers de ce corps recrutés conformément au décret du 13 janvier 1877."

Les choses sont un peu plus compliquées en ce qui concerne l'uniforme. On peut effectivement penser que le premier uniforme apparaît en 1825 (les professeurs de 4ème classe portent une ancre "simple" et non "impie").
Le décret du 29 janvier 1853 déterminant l'uniforme des différents corps de la marine mentionne aussi les examinateurs et professeurs en leur attribuant un velours distinctif de couleur pensée et des broderies en or figurant des branches d'acanthe et d'olivier (titre III, articles 31 et 36 § 9 et planches Q et S).

Les choses se compliquent en 1881 lorsqu'une circulaire du 31 octobre décide que par analogie avec les agents comptables qui ne sont pas astreints, dans le cours du service à être en tenue, la même faculté est accordée au personnel des professeurs d'hydrographie.

Le décret du 3 juin 1891 relatif à l'uniforme des officiers et fonctionnaires des différents corps de la marine consacre cependant un titre (titre XIV) et des planches (planches LV et LVI) à l'examinateur et aux professeurs d'hydrographie.
On note toutefois que ces officiers n'ont pas bénéficié comme certains des officiers des autres corps assimilés (officiers mécaniciens, inspecteurs, commissaires, officiers de santé, ingénieurs du génie maritime et hydrographes) du droit au port de la patte d'épaule mobile brodée adoptée en 1889. L'examinateur et les professeurs d'hydrographie sont donc placés au niveau des personnels administratifs des directions de travaux, des agents des manutentions, comptables des matières ou du commissariat qui ne peuvent pas non plus prétendre à cette patte d'épaule.
C'est cette anomalie qui est corrigée par le décret du 22 octobre 1892 dont l'article 5 reprend exactement les termes qui ont été employés pour les officiers des corps assimilés cités supra :

"Dans toutes les circonstances où les officiers de marine portent les épaulettes, l'examinateur et les professeurs d'hydrographie portent sur chaque épaule une patte mobile."

Il ne s'agit donc pas d'une concession mais d'un accessoire de l'uniforme qui au fil des ans sera progressivement adopté pour tous les corps d'officiers de la marine.

Enfin s'agissant des assimilations, celles-ci peuvent bien évidemment être recherchées dans les textes relatifs à la solde. Mais les textes traitant de l'habillement constituent également une bonne source d'information. La pièce jointe (planche XLII du décret de 1891) montre au travers des broderies distinctives les équivalences (et par voie de conséquence les assimilations) entre les officiers des différents corps entretenus.

Cordialement SL


Image

Phydro
Messages : 4
Enregistré le : 30 Avr 2010, 18:31

Messagepar Phydro » 04 Mai 2010, 00:43

Bonsoir,

Merci beaucoup pour ces précisions, je pense qu’à ce rythme nous ne devrions pas tarder à faire le tour de la question.

En fait à l’origine le statut civil des professeurs d’hydrographie ne fait pas de doute et l’ordonnance de 1836 n’y change rien.
Un professeur d’hydrographie, dénommé Veillon, demande en 1846 à ce que sa pension soit liquidée en tant que pension militaire, compte-tenu de son état. Cette demande est refusée par le ministre de la marine au motif que le corps des professeurs d’hydrographie est un corps civil. Veillon attaque alors la décision du ministre. La qualification civile du corps des professeurs d’hydrographie est confirmée par un arrêt du Conseil d’Etat du 24 janvier 1849, qui rejette donc la requête de Veillon. Dans cet arrêt, paru au recueil Lebon, il est souvent fait référence à la loi du 18 avril 1831 et jamais à l’ordonnance de 1836.

La première tentative de classement des professeurs d’hydrographie a lieu dans le manuel de préparation à l’examen d’admission au grade d’aide-commissaire de la marine (PRUGNAUD, Eugène, Législation et Administration de la Marine, Loustau, Rochefort, 1851, p. 194) :
« L’ordonnance d’organisation de 1825 et les réglements qui y font suite, ne parlent nullement de l’assimilation des examinateurs et professeurs d’hydrographie, avec aucun corps de la marine.
Si on considère la fixation de leur retraite, établie dans le tarif annexé à la loi du 18 avril 1831, on peut cependant reconnaître que les examinateurs sont plutôt traités comme des capitaines de vaisseau que comme des officiers généraux ; les professeurs de 1e classe, comme des capitaines de frégate ; les professeurs de 2e classe, comme des lieutenants de vaisseau ; les professeurs de 3e et de 4e classe, comme des enseignes de vaisseau. »

L’absence d’assimilation est, semble-t-il, confirmé par l’Instruction Générale du 23 janvier 1858 qui ne les inclut pas dans l’Armée Navale.

Un arrêt du Conseil d’Etat pris le 7 novembre 1884 fixe de manière limitative la liste des corps assimilés possédant l’état de militaire. Les professeurs d’hydrographie n’en faisant pas partie sont donc considérés comme civils. Ils disposent donc du droit de vote et se voient reconnus la possibilité d’être élus conseillers municipaux.

Il n’est pas étonnant que l'examinateur et les professeurs d'hydrographie soient placés, en 1889, au niveau des personnels administratifs des directions de travaux, des agents des manutentions, comptables des matières ou du commissariat qui ne peuvent prétendre à la fameuse patte d’épaule puisque tous ces corps sont considérés comme civils par l’arrêt de CE de 1884. Cette décision a dû jouer un rôle pour le malheureux professeur de Saint-Brieuc.

Certaines sources (Hervieu) rapportent d’ailleurs que l’on demandait à cette époque aux officiers ayant réussi le concours de professeur d’hydrographie de démissionner de leur état d’officier.

La circulaire de 1892 est donc avant tout « cosmétique » voire « d’apaisement social » : le ministre de la marine donne l’ordre à son administration de considérer les professeurs d’hydrographie comme des officiers militaires. N’oublions pas qu’une circulaire n’est qu’une mesure d’organisation interne à l’administration. D’ailleurs cette circulaire ne les classe toujours pas dans la hiérarchie militaire. L’argumentaire juridique qui y est présenté semble séduisant … mais ne tient aucun compte de la jurisprudence contraire du conseil d’état en la matière. A la même époque le ministre de la marine sera d’ailleurs condamné pour une affaire similaire touchant les professeurs de l’Ecole Navale.

Il est d’ailleurs symptomatique que le décret qui autorise le port de la patte d’épaule aux professeurs soit postérieur de quelques mois à la circulaire.

L’article 83 de la Loi de Finance pour 1910, concernant le versement des pensions des professeurs d’hydrographie, me semble être la première trace formelle d’une assimilation avec un corps militaire. Cela confirme, qu’avant cette date, les professeurs d’hydrographie ne font toujours pas partie de la hiérarchie militaire.
On peut considérer que leur statut au tout début du 20e siècle est similaire à celui des administrateurs de l’inscription maritime : bien que civils, sans aucune assimilation, ils jouissent des prérogatives de l’état d’officier (Ceux qui ne sont pas convaincus par cette interprétation peuvent se reporter au célèbre article de Lockroy « Quatre ans de marine » paru dans la Revue Politique et Parlementaire).

Les assimilations données en 1910 sont les suivantes :
Examinateur inspecteur général  Commissaire général de la marine de 2e classe,
Examinateur adjoint  Commissaire en chef de la marine de 1e classe,
Professeur principal  Commissaire en chef de la marine de 2e classe,
Professeur de 1e classe  Commissaire principal de la marine,
Professeur de 2e classe  Commissaire de la marine de 1e classe.

Il faut encore attendre les décrets du 13 janvier et du 14 février 1914 pour qu’ils bénéficient des mêmes régimes de solde et de frais de déplacement que les autres corps d’officier de la marine.

La loi du 27 avril 1929 tranche enfin toute ambiguïté : « Le corps des professeurs d’hydrographie est un corps militaire de l’armée de mer ».

Reste un dernier épisode de 1940 à 1943, durant lequel le corps des professeurs d'hydrographie est temporairement re-civilisé.

Bien cordialement,

Phydro

DUCLOS
Messages : 203
Enregistré le : 03 Nov 2007, 15:44

Messagepar DUCLOS » 09 Mai 2010, 10:22

Bonjour

Et un grand merci à SL et Phydro pour ce sujet plus que creusé !

La question du statut d'officier n'est pas évidente à trancher, et nous rentrons vite dans des considérations juridiques par rapport à la force de loi de différents textes.

Un seul point reste à confirmer dans mon esprit est celui de la disctinction des professeurs d'hydrographie et de l'Ecole Navale.

Est ce que ce dernier a toujours eu le statut de civil et donc n'a jamais porté d'uniforme ?

Est ce ce point qui le distingue du professeur d'hydrographie ?

merci encore à vous

Bien cordialement

Duclos
Je recherche les anciennes tenues, coiffures et équipements de la marine avant 1945

Phydro
Messages : 4
Enregistré le : 30 Avr 2010, 18:31

Messagepar Phydro » 09 Mai 2010, 17:38

Bonjour,

J’ai moins d’information sur ces derniers. Mais là aussi l’affaire n’est pas simple.

Le statut des enseignants des écoles militaires successives de la marines (Brest, Rochefort, Toulon, Vermandois, Collège d’Indret, Gardes du Pavillon, Collèges d’Alès et de Vannes, Ecole du Havre, Ecole d’Angoulême) mériterait une étude propre. On y trouve des professeurs d’hydrographie, des pilotes de la flotte, des professeurs jésuites et des professeurs de l’université.

L’Ordonnance du 1er novembre 1830, portant organisation de l’Ecole Navale de Brest, définit le corps professoral de la manière suivante :
- 1 professeur d’hydrographie , et de géométrie descriptive ;
- 1 professeur de mécanique et de physique générale ;
- 1 professeur de belle-lettres, histoire et morale ;
- 1 professeur de langue anglaise ;
- et 1 professeur de dessin.
Ce à quoi il faut rajouter des officiers et officiers-mariniers pour les matières professionnelles.

Article 2
L’examinateur des élèves de la marine royale et les professeurs attachés à l’école navale seront assimilés,pour le rang, les droits à la solde de retraite et l’uniforme, le premier aux examinateurs de la marine, et les autres, aux professeurs des écoles d’hydrographie des classes correspondantes.
Article 4
Les officiers de l’école navale, l’examinateur des élèves et les professeurs porteront, avec l’uniforme de leur grade, l’aiguillette en or.

A une date que je n’ai pas encore déterminée (peut-être 1857), les professeurs civils ont été assimilés aux officiers de marine et répartis en 3 classes de 2 à 4 galons. Ils étaient nommés par décret du chef de l’Etat.

Puis le décret du 25 juin 1887 a remplacé ce mode de nomination par la simple délégation ministérielle, et a remplacé, au grand dam des intéressés, les galons d’officier par la broderie à dents de scie.

C’est à partir de cette date que les professeurs de l’Ecole Navale et les professeurs d’Hydrographie ont divergé franchement jusqu’à aboutir à ce résultat paradoxal :
- les officiers militaires de l’Ecole Navale sont formés par des professeurs civils,
- les officiers civils de la marine marchande sont formés par des professeurs militaires.

Cordialement,

Phydro

DUCLOS
Messages : 203
Enregistré le : 03 Nov 2007, 15:44

Re: Corps des professeurs d'hydrographie de la marine

Messagepar DUCLOS » 16 Déc 2017, 01:20

bonjour

en complément des précédents messages sur ce thème, je vous présente un habit brodé de professeur d'hydrographie de 2eme classe (sauf erreur) acquis dernièrement.

plusieurs remarques :

- l'habit a le col droit
- pas de coutures pour fixation des pattes d'épaule mobiles (présentées auparavant)
- marque d'un tailleur de Rochefort sur Mer

quelques questions :

- concernant sa datation : est ce qu'il faut en déduire que cet habit serait antérieur à la date rétablissant le port des pattes d'épaule mobiles brodées ?
- concernant la possible affectation de ce professeur : dans mes annuaires je note la présence d'un professeur d'hydrographie à Rochefort sous le second empire. Mais mes annuaires vers 1890/1900 n'y font plus référence. De quelle école à Rochefort pouvait dépendre ce professeur vers 1890/1900 ? serait ce l'école de médecine navale ?

Merci d'avance pour vos commentaires/ ou réponses

Cordialement

VD


Image

Image

Image

Image

Image
Je recherche les anciennes tenues, coiffures et équipements de la marine avant 1945

SL
Messages : 1506
Enregistré le : 21 Jan 2007, 16:50

Re: Corps des professeurs d'hydrographie de la marine

Messagepar SL » 16 Déc 2017, 13:59

Bonjour,
A priori l'habit ne doit pas comporter d'écusson de taille donc il ne s'agit pas d'un professeur d'hydrographie.
Cdt SL

DUCLOS
Messages : 203
Enregistré le : 03 Nov 2007, 15:44

Re: Corps des professeurs d'hydrographie de la marine

Messagepar DUCLOS » 16 Déc 2017, 15:30

Bonjour SL

L'habit n'a pas d'écusson de taille.
Donc de quoi s'agirait il ? s'il ne s'agit pas d'un professeur d'hydrographie ?

Merci

Cdt

VD
Je recherche les anciennes tenues, coiffures et équipements de la marine avant 1945

MCC
Messages : 11
Enregistré le : 20 Avr 2017, 13:51

Re: Corps des professeurs d'hydrographie de la marine

Messagepar MCC » 08 Jan 2018, 15:03

Bonjour,

Les professeurs de 2e classe n'ont pas d'écusson à la taille suivant le règlement de 1891.

Cordialement.


Retourner vers « Symbolique Marine : Insignes, uniformologie, collections, ... »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 5 invités