Personnel féminin de l'armée de mer,

SL
Messages : 1522
Enregistré le : 21 Jan 2007, 16:50

Personnel féminin de l'armée de mer,

Messagepar SL » 16 Mai 2011, 22:50

Bonsoir à tous,
Plus particulièrement destiné à "Papa_chat" quelques éléments de réglementation relatifs aux services féminins de la flotte et personnel féminin de l'armée de mer.

Arrêté du 13 janvier 1944 fixant l’organisation des services féminins de la flotte.
Les formations militaires féminines auxiliaires de la marine ont pour rôle de remplacer le personnel militaire masculin dans les unités et services de la marine. Le personnel féminin se recrute par engagement volontaire et s’il y a lieu par voie d’appel.
La hiérarchie militaire des services féminins de la flotte et la correspondance de grades avec le personnel militaire masculin sont les suivantes :

1.- Stagiaires et brevetées
- stagiaire : matelot sans spécialité,
- brevetée de 2ème classe : matelot breveté,
- brevetée de 1ère classe : quartier-maître.
2.- Sous officiers
- sous-officier de 2ème classe : second maître,
- sous-officier de 1ère classe : premier maître,
- aspirante : aspirant.
3.- Officiers
- officier de 3ème classe : EV 2
- officier de 2ème classe : EV 1
- officier de 1ère classe : lieutenant de vaisseau
- officier principal : capitaine de corvette.

Les services féminins de la flotte se composent des spécialités suivantes
- monitrices (chargées de l’encadrement des recrues, de la discipline et de la police, attributions analogue à celle du personnel fusilier à bord des bâtiments),
- infirmières,
- ambulancières,
- secrétaires,
- sténos-dactylographes,
- dactylographes,
- chiffreuses,
- radiotélégraphistes,
- comptables,
- photographes-téléphonistes,
- conductrices,
- cuisinières,
- couturières,
- plantons,
- serveuses,
- écouteuses de fond (éventuellement).

Les officiers des services féminins de la flotte sont répartis selon leur aptitude et leur spécialité d’origine entre les catégories suivantes
- officiers du service général
responsables de l’encadrement du personnel, de l’encadrement militaire des recrues, de la
discipline, du commandement des casernes des SFF ;

- officiers du secrétariat
spécialement chargées de la formation technique et de l’encadrement des secrétaires,
dactylographes, sténos-dactylographes et photographes ;

- officiers des transmissions
spécialement chargées de la formation technique et de l’encadrement des chiffreuses,
radiotélégraphistes, téléphonistes, plantons, conductrices ;

- officiers de l’intendance
spécialement chargées de la formation technique et de l’encadrement des comptables,
cuisinières, serveuses, couturières ;

- officiers auxiliaires de santé
spécialement chargées de la formation technique et de l’encadrement des infirmières et
ambulancières.



Décret n° 51-1197 du 15 octobre 1951 : les personnels militaires des armées de terre, de mer et de l’air comprennent dans chaque armée :
- le cadre des spécialistes féminines du service de santé,
- le cadre des spécialistes féminines des autres services.
La hiérarchie comprend :
1.- quatre classes correspondant à des grades d’officiers,
- hors classe : commandant,
- 1ère classe : capitaine,
- 2ème classe : lieutenant,
- 3ème classe : sous-lieutenant ;
2.- six catégories correspondant à des grades de non-officiers.
- 1ère catégorie : adjudant chef,
- 2ème catégorie : adjudant,
- 3ème catégorie : sergent major,
- 4ème catégorie : sergent chef,
- 5ème catégorie : sergent,
- 6ème catégorie : caporal chef.

Arrêté n° 277 PM.5 du 29 mai 1952 : le personnel militaire féminin de l’armée de mer est réparti dans
- le cadre général des spécialistes féminines,
- le cadre des spécialistes féminines du service de santé.

1.- Cadre général des spécialistes féminines
1.1.- Classes :
- rédactrice,
- spécialiste du chiffre,
- contrôleuse d’opérations.

1.2.- Catégories :
- secrétaire de bureau,
- sténodactylographie,
- dactylographe,
- mécanographe,
- conseillère d’orientation, psychotechnicienne,
- standardiste,
- chiffreuse,
- opératrice de PC ops,
- comptable magasinière (1),
- opératrice radiotélégraphiste (1),
- transfiliste (1),
- écouteuse de fond (1),
- conductrice d’automobile (1),
- contrôleuse de piste (1),
- photographe (1),
- spécialiste d’équipement de vol (1)
(1) Spécialités recrutées uniquement en temps de guerre.

2.- Cadre des spécialistes féminines du service de santé
2.1.- Classes :
- praticiennes :
a - médecin,
b - pharmacien,
c - chirurgien dentiste,
- technicienne supérieure de laboratoire,
- infirmière chef.

2.2.- Catégories : - infirmière,
- sage-femme,
- manipulatrice radio,
- laborantine,
- assistance dentaire,
- masseuse,
- secrétaire médicale,
- conductrice ambulancière,
- personnel d’exploitation.

A suivre et à l'écoute d'éventuelles questions, cordialement
SL

Avatar de l’utilisateur
ASTUM
Messages : 457
Enregistré le : 25 Nov 2009, 23:56
Localisation : LA ROCHELLE

Messagepar ASTUM » 17 Mai 2011, 14:11

Bonjour à Tous
m
Merci pour cet exposé comme à l'accoutumé clair et complet.

Questions sur le plan vestimentaire :
Pour les deux classes de brevetés des SFF non sous officiers, quels étaient l'insigne de corps et le type de galon ?

L'insigne ancres croisées dans un cercle est il l'apanage du corps des PFAM à partir de 1951 ?
Bien que ce corps n'existe plus, on a pu constater que l'insigne était encore porté par l'amiral Chantal Desbordes

Cordialement
astum

papa_chat
Messages : 411
Enregistré le : 14 Mar 2011, 13:12
Localisation : Paris / Lorient

donnez moi 48h svp

Messagepar papa_chat » 17 Mai 2011, 17:28

merci à SL pour cet exposé que je qualifierais de magistral si Astum ne m'avait pas devancé.
je le lis au calme et reviens vers vous sous 48h
bonne soirée
papa chat

SL
Messages : 1522
Enregistré le : 21 Jan 2007, 16:50

Personnel féminin de l'armée de mer

Messagepar SL » 20 Mai 2011, 08:01

Bonjour,
Faisant suite à l’arrêté du 13 janvier 1944, l’arrêté du 8 mars suivant est le premier texte publié au bulletin officiel réglant l’uniforme et les tenues du personnel féminin de la flotte (ce qui ne signifie pas qu’un autre texte n’a pas existé avant cette date mais si tel est le cas, ce texte dort encore dans les archives du SHD/M).

Selon cet arrêté, les galons portés par les personnels féminins sur les tenues bleues sont les suivants :
- stagiaires, pas de galons
- brevetées de 2ème classe, un galon bleu de 14 mm de largeur,
- brevetées de 1ère classe, deux galons bleus de 14 mm de largeur,
- sous-officiers de 2ème classe : un galon bleu de 14 mm de largeur avec liseré d’or au milieu,
- sous-officiers de 1ère classe : un galon bleu de 14 mm de largeur avec liseré d’or au milieu, au dessus d’une soutache en argent de deux mm placée parallèlement.
- personnels des classes : un, deux, trois ou quatre galons bleus de 14 mm de largeur avec liseré d’or de 3 mm au milieu.

Les galons des stagiaires, brevetées et sous-officiers de 2ème classe sont placés en biais, ceux des sous-officiers de 1ère classe et du personnel des classes parallèlement au bord inférieur de la manche.

A noter :
- que les aspirants portent le galon bleu des brevetées placé parallèlement au bord de la manche et coupé par quatre sabords de 3mm en soie bleu foncée,
- que les stagiaires et brevetées portent un insigne représentant deux ancres croisées en drap bleu clair sur le bras gauche.

En dehors de la disparition du grade d’aspirant, le décret du 15 octobre 1951 n’apporte pas d’éléments nouveaux pour ce qui concerne l’habillement du personnel féminin. On y trouve cependant ces dispositions très imprécises et pour le moins étonnantes (article 17) :
« Le personnel peut être appelé à revêtir la tenue militaire sur l’ordre du commandement. Cette tenue peut comporter un insigne correspondant au cadre ou à la spécialité et à la classe ou à la catégorie des intéressés (sic) »

Ce n’est qu’en 1954 que l’arrêté n° 87 du 30 octobre abroge le texte de 1944 et fixe l’uniforme du personnel féminin. L’article premier de cet arrêté dispose que « le personnel féminin de l’armée de mer est astreint en service au port de l’uniforme ».
En pièce jointe, le tableau n° 4 décrit :

- un insigne de bras constitué de deux ancres simples (non câblées) croisées de 30 mm dans un cercle de 35 mm brodées :
* drap bleu clair sur drap bleu marine pour les stagiaires,
* or sur drap bleu marine pour les personnels des catégories et classes du service général,
* or sur velours cramoisi pour les personnels des catégories et classes du service de santé.

- de galons de grade :
* 6ème catégorie : néant
* 5ème catégorie : un galon bleu clair de 8 mm avec raie or,
* 4ème catégorie : deux galons bleus clairs de 8 mm avec raie or,
* 3ème catégorie : trois galons bleus clairs de 8 mm avec raie or,
* 2ème catégorie : un galon bleu clair cul de dé de 8 mm avec une soutache argent de 2 mm (type premier maître masculin),
* 1ème catégorie : un galon bleu clair cul de dé de 8 mm avec deux soutaches (une argent, une or, type maître principal masculin).

* Personnel des classes : un, deux trois ou quatre galons bleus clairs de 8 mm avec raie or.

Dans tous les cas, le mode de pose des galons est identique à celui adopté pour les personnels masculins.

L’arrêté n° 87 est complété le 26 mai 1955 par la circulaire n° 274 CMa 3 qui donne le descriptif complet de tous les effets et uniformes du personnel féminin.
Cordialement SL

Avatar de l’utilisateur
marinedk
Messages : 132
Enregistré le : 31 Jan 2007, 14:10
Localisation : DUNKERQUE

Messagepar marinedk » 20 Mai 2011, 09:59

Bonjour,

Pour illustrer l'article de SL, une veste, correspondant au règlement de 1954, pour PFM de 1ère catégorie du service de santé.

Image
Cordialement

visitez mon site sur la marine http://marinedk.free.fr/index.html

Marinedk

papa_chat
Messages : 411
Enregistré le : 14 Mar 2011, 13:12
Localisation : Paris / Lorient

plus de questions

Messagepar papa_chat » 20 Mai 2011, 11:33

Bonjour à tous,

Merci SL pour ces deux longs posts, qui mériteraient d'ailleurs probablement d'être reformatés et intégrés au sommaire de net-marine.

J'avais quelques questions après le premier, je n'en ai plus maintenant.

Merci également à marinedk pour la photo qui complète :-)

permettez moi une remarque, en trois parties :

* le côté délicieusement suranné du sujet
* le traitement différencié et fort peu valorisant pour ces dames choque probablement les jeunes générations
* que de chemin parcouru depuis 50 ans. La Marine, par la manière dont elle a géré la féminisation, a montré qu'elle savait s'adapter au monde moderne. On est très loin de la "Royale" que certains continuent de décrier

Pour finir, je souhaite signaler un livre que j'ai acquis récemment, La Marine nationale au feminin de 1943 à nos jours , http://www.amazon.fr/marine-nationale-feminin-1943-jours/dp/2842538838/ref=sr_1_1?ie=UTF8&s=books&qid=1305883778&sr=8-1 qui présente de nombreux témoignages de "marinettes"

bon week end
papa chat

SL
Messages : 1522
Enregistré le : 21 Jan 2007, 16:50

Personnel féminin de l'armée de mer

Messagepar SL » 20 Mai 2011, 16:34

Rebonjour,
Un petit point de détail que je m'étais promis d'éclaircir et que j'ai bien évidemment oublié (la vieillesse....).
On peut lire dans un des messages précédents :

Bien que ce corps n'existe plus, on a pu constater que l'insigne était encore porté par l'amiral Chantal Desbordes


Il est exact que l'on ne recrute plus dans le corps du personnel féminin de l'armée de mer. Mais si la quasi-totalité des personnels en service ont choisi de servir dans un autre corps de la marine, la possibilité leur était également offerte de conserver leur statut d'origine au sein d'un corps dit "en voie d'extinction".
Tel a été le choix de madame Desbordes et d'autres officiers féminins. C'est donc de façon tout à fait régulière que ces personnels ont continué de porter leur insigne particulier. Mais il est pratiquement certain que madame Desbordes doit maintenant être la seule à avoir cette possibilité.
Cordialement

papa_chat
Messages : 411
Enregistré le : 14 Mar 2011, 13:12
Localisation : Paris / Lorient

et voici deux questions qui surgissent

Messagepar papa_chat » 20 Mai 2011, 17:25

bonsoir,

deux petites avant le week end :

pour SL : sur l'amiral Desbordes : comment a t elle pu devenir amiral dans un corps limité à CC ? la mise en extinction du corps s'est elle doublé d'une modification des grades de ce dernier ?

pour marinedk : la veste d'uniforme que vous présentez ne comporte pas d'attentes ? en cas de réponse négative, je reviens vers
SL : pas d'attentes non plus pour les "personnel des classes" ?

bonsoir
papa chat

Avatar de l’utilisateur
marinedk
Messages : 132
Enregistré le : 31 Jan 2007, 14:10
Localisation : DUNKERQUE

Messagepar marinedk » 20 Mai 2011, 17:47

Bonjour,

Il n'y a pas d'attentes, parce que ce n'est pas prévu. Y compris pour le "personnel des classes" qui porte la même tenue.
Cordialement

visitez mon site sur la marine http://marinedk.free.fr/index.html

Marinedk

SL
Messages : 1522
Enregistré le : 21 Jan 2007, 16:50

Personnel féminin de l'armée de mer

Messagepar SL » 20 Mai 2011, 21:23

Bonsoir,
Réponse rapide avant le repos hebdomadaire.
La question de "Papa_chat" dépasse la période évoquée initialement. Une réponse précise suppose encore beaucoup de travail pour pratiquement arriver à détailler toute l'histoire du personnel féminin dans l'armée de mer.
Pour faire simple, ce qui était vrai en 1954 ne l'était plus trente ans plus tard. Les choses avaient évolué et le grade maximum pouvant être concédé aux PFAM n'était plus celui d'officier principal.
L'évolution a également touché l'uniforme. Comme le montre la photographie postée par "Marinedk", à l'origine le personnel féminin ne portait pas de brides d'épaulettes (attentes). Ce n'est qu'en 1975 que leur a été accordé le droit au port de ces attentes, identiques à celles portées par le personnel masculin de rang correspondant.
Cordialement SL

Avatar de l’utilisateur
ASTUM
Messages : 457
Enregistré le : 25 Nov 2009, 23:56
Localisation : LA ROCHELLE

Messagepar ASTUM » 21 Mai 2011, 15:36

Bonjour à Tous
Précieuses mises au point de SL que je remercie
Quelques illustrations au propos :

PFAM de 4ème catégorie en tenue blanche 1954

Image

Infirmier breveté féminin après 1975

Image

Officier d’administration 3ème cl (femme) après 1975

Image

Là il pourrait y avoir confusion, le galon de manche n'est pas celui d'un officier PFAM de 3ème classe mais celui d'un officier d'administration de 3ème classe. Cet officier, comme ses pairs masculins porte des attentes.


Je crois que réglementairement le sac est porté à l'épaule et non en bandoulière....En espèrant ne pas avoir fait d'autres erreurs
Cordialement

SL
Messages : 1522
Enregistré le : 21 Jan 2007, 16:50

Personnel féminin de l'armée de mer

Messagepar SL » 29 Mai 2011, 21:26

Bonsoir,
La reconstitution d'un uniforme n'est jamais chose facile et demande un minimum de recherches. Faute de respecter cette règle, on s'expose rapidement à présenter n'importe quoi. Et ce qui n'avait qu'une importance limitée il y a quelques années doit être considéré de façon tout à fait différente aujourd'hui. Pour nos contemporains disposant d'une connexion, les informations données par Internet sont devenues LA REFERENCE. On imagine le résultat lorsque ces informations sont erronées ou fantaisistes.
Les uniformes "marine" présentés au bas de cette page du blog du musée bourguignon pour la préservation des véhicules militaires http://museebourguignon.skyrock.com/4.html
en sont un exemple attristant voire ridicule.

S'agissant des uniformes du personnel féminin, l’arrêté du 30 octobre 1954 ne détaille que très sommairement les caractéristiques des effets d’uniformes des personnels féminins de l’armée de mer. On peut cependant y relever que l’effet désigné comme "chemisette blanche" est "à col ouvert et fermé par trois boutons visibles dorés".

Six mois après ce texte, l'arrêté n° 45 et la circulaire n° 274 DN/M/CMa3 du 26 mai 1955 constituent les textes de base de l'époque en matière d'uniforme du personnel féminin.
L'arrêté dispose que les tenues n° 65 (cérémonie) et 84 (sortie et service courant) pour zones chaudes et tropicales sont composées d'un ensemble blanc - chemisette, jupe, tricorne - de chaussures blanches sans bas et de gants blancs.

Selon la circulaire :
- la chemisette est confectionnée en toile blanche; elle est fermée par trois boutons d'uniforme de 18 millimètres apparents, et sous la ceinture, par un bouton de nacre. Elle comporte deux poches de poitrine, à rabat boutonnant par un bouton d'uniforme de 12 millimètres;
- la jupe est également en toile blanche, sa ceinture comporte quatre boutonnières verticales (deux sur le devant et deux autres derrière au dessus des pinces) qui correspondent à des boutons placés à cet effet sur la chemisette;
- le tricorne de forme générale analogue au tricorne en feutre bleu marine mais il est entièrement blanc en panama garni de gros-grain en coton mercerisé.

Tel qu'elle est présentée, la première photographie intitulée PFAM de 4ème catégorie en tenue blanche ne correspond en rien à la réalité de l'uniforme de ces personnels en 1954 ou 1955.

A suivre.

Avatar de l’utilisateur
SALIOU
Messages : 1047
Enregistré le : 09 Juil 2007, 11:59
Localisation : BRETAGNE

Re: Personnel féminin de l'armée de mer

Messagepar SALIOU » 30 Mai 2011, 05:55

SL a écrit :
Les uniformes "marine" présentés au bas de cette page du blog du musée bourguignon pour la préservation des véhicules militaires http://museebourguignon.skyrock.com/4.html
en sont un exemple attristant voire ridicule.


.


Bonjour,

Serait-il possible de préciser en quoi les tenues proposées sont ridicules. Si elles sont incomplètes ou un peu hétéroclites, elles s'approchent tout de même de ce que l'on peut voir sur les photos des fusiliers marins de la France Libre ou de la France Combattante (1er BFM)?

Cdt,

Pierre
Pierre

"Rame, rame, rameurs, ramez
on avance à rien dans c'canoë...

papa_chat
Messages : 411
Enregistré le : 14 Mar 2011, 13:12
Localisation : Paris / Lorient

le jeu des sept erreurs

Messagepar papa_chat » 30 Mai 2011, 18:15

bonjour à tous,
je me lance. merci d'être indulgents

1 la casquette d'aumônier
2 le galon bleu qui manque à la casquette d'aumônier
3 l'écusson des équipages de la flotte sur le bras gauche
4 le drapeau français sur l'épaule gauche
5 le drapeau français "moderne"
6 la fourragère
7 le patch 2eme DB sur l'épaule droite
8 l'insigne de spé (de quelle spé s'agit il ?) est placé trop bas sur la manche
9 l'insigne de spé en question est anachronique
10 le ceinturon modèle 53 (ou 48, ou 65)

j'en ai combien de bons ? 8/10 ?

ce week end visite du maillé brézé : quelques mannequins, dont
* un loufiat avec un macaron d'OM
* un OM qui porte sa barrette de décorations sur son pull de tenue 34
* un QM qui a un écusson de bachi brodé or sur drap bleu sur son bachi blanc

bonne soirée
papa chat

SL
Messages : 1522
Enregistré le : 21 Jan 2007, 16:50

Personnel féminin de l'armée de mer

Messagepar SL » 30 Mai 2011, 22:06

Bonsoir à tous, bonsoir "Saliou",
Et un grand bravo à "Papa_chat" qui mérite au moins la note de 9/10 et peut-être même la note maximum car j'avoue que je suis incapable de dire de quel modèle est le ceinturon porté sur les effets présentés.

Avec une telle accumulation d'erreurs sur les tenues présentées, difficile de ne pas employer le terme "ridicule" (d'après le dictionnaire Robert : qui mérite d'exciter le rire et la moquerie). Certes, et même si je ne connais pas grand-chose en tenue de combat, l'aspect général des effets présentés semble correspondre à ce que pouvaient porter les personnels des unités de marins engagées dans la libération du territoire national en 1944-1945. Mais la façon dont ces effets ont été agrémentés d'insignes divers et variés fait plus penser à un enfantillage qu'à un vrai travail de reconstitution, comme le montrent les commentaires ci-dessous.

Première photographie du message "Tenues français 39/45" :
- La casquette est d'un modèle postérieur à la seconde guerre mondiale (années soixante, voire quatre-vingts). Elle pourrait effectivement correspondre à une coiffure d'aumônier mais durant la seconde guerre ceux-ci portent préférentiellement le calot et on ne connaît pas de description d'une casquette pour les aumôniers durant cette période (ce qui ne signifie pas qu'une telle description n'existe pas).
La jugulaire milanaise or est bien actuellement celle utilisée sur les casquettes d'aumôniers mais c'est aussi depuis fort longtemps celle des casquettes des officiers généraux. L'écusson de casquette est celui d'un officier supérieur ou subalterne et n'a donc rien à faire avec le type de jugulaire utilisé (ou l'inverse).

- Les ancres croisées, distinctives des équipages de la flotte étaient effectivement portées par les fusiliers marins (RBFM) mais uniquement sur le bras gauche et sous la vignette de bras "Fusiliers marins". L'insigne tricolore "France" n'était pas porté.

- La fourragère, est un modèle de fantaisie.

Troisième photographie :
- Les ancres croisées rouges sont placées sur le bras droit au lieu du bras gauche.

- Au dessus de ces ancres un insigne en tissu de la 2ème division blindée. Ce type d'insigne en tissu n'existait pas à l'époque. Les personnels du RBFM, dépendant de cette grande unité portaient généralement l'insigne de la division en métal, sans que sa place sur les effets soit formellement définie.

- Sur la poche de poitrine droite une cocarde bleu-blanc-rouge que l'on trouve parfois sur les calots des personnels de l'armée de terre mais qui n'a absolument rien à faire ici. Idem pour l'insigne en forme de losange qui est celui de la 1ère division française libre. Difficile d'imaginer que l'on puisse servir à la fois dans une unité dépendant de deux divisions différentes.

Quatrième photographie :
- Le bonnet avec le ruban légendé "Fusiliers marins" (moderne) indique que nous en présence d'un effet d'un marin du 1er RFM. Le personnel du RBFM porte, conformément au règlement, le ruban légendé "Marine nationale", on y trouve quelquefois des rubans de confection artisanale légendés R.B.F.M.

- L'insigne aux ancres croisées n'est pas porté dans ce régiment. Il lui est substitué, sur le bras gauche, l'insigne de la 1ère DFL (voir supra)

- L'insigne en tissu de la 2ème DB n'a rien à faire en haut de la manche droite de cet effet. Il en est de même pour les deux insignes cousus sur la manche gauche. De plus l'insigne, supposé de spécialité, n'a jamais été en usage dans la marine.

Toutes ces erreurs pourraient paraître sans importance si ces effets ne sortaient pas du petit cercle de ces collectionneurs. Mais les photographies des pages suivantes (pages 25 et 26) montrent que ces effets sont portés en public à l'occasion de manifestations supposées satisfaire au devoir de mémoire.
L'infirmière du 1er RFM au bonnet non réglementaire arborant un magnifique ceinturon avec cartouchières (!!), Le gradé (maître ?) chaussé de brodequins à jambières attenantes, le marin au bonnet de police américain sont quand même très loin de la réalité qu'ils veulent évoquer.
Cordialement SL


Retourner vers « Symbolique Marine : Insignes, uniformologie, collections, ... »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 5 invités