13 septembre 1943 le Casabianca et la libération de la Corse

ALAIN
Messages : 1643
Enregistré le : 06 Fév 2012, 13:35
Localisation : MENTON

13 septembre 1943 le Casabianca et la libération de la Corse

Messagepar ALAIN » 07 Sep 2013, 16:22

Le CASABIANCA est un des 31 sous marins du type REDOUTABLE de 1500 tonnes, lancé le 2février 1935 à Saint Nazaire,en service en 1937; il survivra à la guerre et sera désarmé en 1952; démoli en 1956; son kiosque a été conservé, et figure en bonne place à Bastia pour rappeler ses exploits.

Image
Le sous-marin Casabianca à Ajaccio

Le sous marin CASABIANCA, commandé par le capitaine de frégate Jean L'Herminier, est en 1943, un navire déjà célèbre pour s'être échappé de Toulon, lors du sabordage de la flotte, le 27 novembre 1942, avec quatre autres sous-marins; il rallie alors Alger.

Il a déjà à son actif, 10 missions effectuées de décembre 1942 au début de septembre 1943; au cours desquels il a débarqué clandestinement, 26 agents secrets et embarqué 6 autres, la plupart du temps sur les cotes corses, en liaison avec la résistance .

Dans la nuit du 12 au 13 septembre 1943,il débarque clandestinement 109 hommes du bataillon de choc du colonel Gambiez à Ajaccio; la Corse étant toujours occupée par les troupes allemandes.
La résistance corse à déclenché un soulèvement général le 9 septembre; la reddition des troupes italiennes, constitue une situation favorable; à Alger le général Giraud est averti que les patriotes corses se sont mis d'accord avec les italiens pour s'opposer aux allemands. Il décide de l'envoi du CASABIANCA pour débarquer des troupes d'élite, pour prêter main forte aux résistants.

Le 14 septembre; les croiseurs légers ex contre torpilleurs LE FANTASQUE et LE TERRIBLE débarquent le reste du bataillon du colonel Gambiez, soit 475 hommes et 20 tonnes de matériel et de vivres.

Le 16 le sous marin PERLE arrive à Ajaccio avec 30 hommes et 7 tonnes de farine.

Le 17 le croiseur léger LE FANTASQUE et les torpilleurs TEMPETE et ALCYON débarquent le général Martin,un bataillon de tirailleurs marocains et 60 tonnes de matériel et de munitions.

Image
Le torpilleur Tempête débarquant des troupes à Ajaccio

Le 18 septembre les contre torpilleurs italiens LEGIONARIO et ORIANI qui ont quitté Malte débarquent un commando américain de 400 hommes à Ajaccio.
Vers 23 heures le sous marin ARETHUSE amène 5 tonnes de munitions.

Le 21 le général Giraud arrive par avion.
Au même moment les croiseurs JEANNE D'ARC,LE FANTASQUE et les torpilleurs ALCYON et TEMPETE débarquent environ 1200 hommes,6 canons antichars de 57mm,6 véhicules et 110 tonnes de matériel.

Le 23 les croiseurs MONTCALM et LE FANTASQUE arrivent devant Ajaccio le second trompé par des feux allumés s'échoue,il pourra heureusement être dégagé le MONTCALM débarque ses troupes embarquées.

Le 25 les torpilleurs FORTUNE,ALCYON et le LST79 qui amène 21 blindés légers arrivent à Ajaccio.

Le 26 le croiseur JEANNE D'ARC débarque 850 hommes et 160 tonnes de matériel,il est suivi par le MONTCALM avec 750 hommes,12 pièces d'artillerie,10 véhicules,et 100 tonnes de vivres,de munitions.

Le 27 les paquebots VILLE D'AJACCIO et VILLE DE DJIDJELLI escortés par les torpilleurs TEMPETE et LE BASQUE arrivent en Corse.

Le 30 le LST79 escorté par le torpilleur FORTUNE met à terre 65 véhicules et 4 pièces d'artillerie,les deux navires sont attaqués après la fin du déchargement par des avions allemands utilisant des bombes planantes,le LST touché est coulé le FORTUNE protégé par le quai est indemne;6 avions allemands sont détruits.

Le 1er octobre le croiseur JEANNE D'ARC escorté par le torpilleur ALCYON amène 840 soldats,8 canons de 40 mm,2jeeps ainsi que des munitions.

Le 4 octobre à 6 h 45 le drapeau français flotte sur l'hôtel de ville de Bastia occupé par des résistants.
Vers 10 h un groupe de bombardiers américains pas informé de la situation sur le terrain bombarde la ville,d'autres mitrailles des civils pris pour des troupes allemandes par méprise.

Le 5 octobre la Corse est définitivement libérée outre qu'elle constitue pour les alliés une île porte-avions pour frapper les allemands au nord de l'Italie et au sud de la France,elle est symboliquement la première parcelle du territoire métropolitain libéré.


Alain

Klaus Günther v. Martinez
Messages : 821
Enregistré le : 12 Mai 2007, 09:41
Localisation : Allemagne

Re: 13 septembre 1943 le Casabianca et la libération de la C

Messagepar Klaus Günther v. Martinez » 07 Sep 2013, 20:46

Très intéressant, Alain.
Mais je ne crois pas que la photo montre la "Casabianca" en Ajaccio en Septembre 1943: vous avez écrite que cette une debarquement clandestine pendant la nuit!
Amicalement
Klaus Günther

ALAIN
Messages : 1643
Enregistré le : 06 Fév 2012, 13:35
Localisation : MENTON

Re: 13 septembre 1943 le Casabianca et la libération de la C

Messagepar ALAIN » 07 Sep 2013, 20:54

D'accord avec vous Klaus, si c'est bien le Casabianca à Ajaccio, je me suis bien gardé de dater la photo, parce que je pense qu'il s'agit d'une visite postérieure, celle la n'a visiblement rien de clandestine.

Alain

ALAIN
Messages : 1643
Enregistré le : 06 Fév 2012, 13:35
Localisation : MENTON

Re: 13 septembre 1943 le Casabianca et la libération de la C

Messagepar ALAIN » 07 Sep 2013, 21:15

Image

Puisqu'on est dans les reconstitutions cette photo est sensée représenter le Casabianca déposant un agent secret de nuit en avril 1943; bien entendu il n'y avais personne pour filmer l'évènement; en réalité elle est tirée du film des années 1950 sur les exploits du Casabianca; pour les besoins du film, le rôle du sous-marin a été tenu par son sister-ship le Glorieux dont c'était une des dernières sorties.

Alain

Avatar de l’utilisateur
capu.rossu
Messages : 1190
Enregistré le : 07 Mar 2007, 19:03

Re: 13 septembre 1943 le Casabianca et la libération de la C

Messagepar capu.rossu » 07 Sep 2013, 21:31

Bonsoir Klaus et Alain,

la photo du Casabianca à Ajaccio est postérieure à la guerre car on distingue au second plan un paquebot portant les couleurs de la Transat. Or la Transat prend la place de la Cie Fraissinet sur les lignes de Corse qu'en 1948. Donc, datation entre 1949 et 1951.

@+
Alain

DELAMBILY
Messages : 594
Enregistré le : 16 Juil 2011, 15:08

Re: 13 septembre 1943 le Casabianca et la libération de la C

Messagepar DELAMBILY » 08 Sep 2013, 10:44

Salut à Tous,

Je possède un cliché du même photographe, me semble t-il, dans un angle de prise de vue plus à gauche, on peut y voir nettement dans la foule, des personnes armées de fusils, dont une viens de faire feu.
Ce document porte au dos la légende d'origine suivante : " 26/Ajaccio - La foule sur le quai à l'arrivée du Casablanca " ; au dessous, j'ai porté, sous mon chiffre et au crayon cette mention : " Un doute : cliché d'époque ?? (mission de nuit !)... ou photo prise lors du tournage du film " Casabianca " de 1949, sur le Glorieux ".
Lors de mes dernières grandes recherches au SHD-M de Toulon en juillet-août 2012, j'ai confié une copie de cette photo, au personnel de ce service, pour l'identification et la datation, résultat négatif. Je comptais faire une démarche similaire auprès de monsieur Claude PICARD, grand connaisseur des s/m de 1500t et "acteur-figurant" dans ce film.
Pour moi, et bien sûr sous toute réserve, il s'agit de la reconstitution diurne, de la scène de la nuit du 12 au 13 septembre 1943, décrite dans les ouvrages suivants :

- Commandant L'HERMINIER " Casabianca ...", Paris, éfe, 19.., page 284.
- Capitaine de vaisseau LEPOTIER " Cap sur la Corse ", Paris, éfe, 1951, page 92.
- MM MASSON, MURACCIOLE et de VILLARDI de MONTLAUR " La participation de la Marine Française aux débarquements de Normandie, de Corse et de Provence ", SHM, 1969, page 202.

Cordialement,
André DELAMBILY, ancien du Gustave Zédé (1963-1966)

Avatar de l’utilisateur
Nansouty
Messages : 69
Enregistré le : 01 Fév 2008, 20:07

Re: 13 septembre 1943 le Casabianca et la libération de la C

Messagepar Nansouty » 08 Sep 2013, 15:15

Bonjour à tous,

Je confirme que ces deux photos ne sont pas celles du Casabianca en 1943: le massif (kiosque) est celui des sous-marins de 1 500t ayant subit une refonte aux Etats-Unis avec un canon Oerlikon à l'avant et un autre à l'arrière. Il s'agit probablement de photos prises pendant le tournage du film Casabianca (le sous-marin serait donc le Glorieux).
Je verifierai en regardant le DVD ou à l'occasion je demanderai à Claude Picard.

:wink:

Axel

Avatar de l’utilisateur
capu.rossu
Messages : 1190
Enregistré le : 07 Mar 2007, 19:03

Re: 13 septembre 1943 le Casabianca et la libération de la C

Messagepar capu.rossu » 08 Sep 2013, 17:24

Bonjour,

En complément à mon message précédent, je confirme que le paquebot est la Ville d'Ajaccio sous couleur de la Transat (cheminée rouge à toque noire).
Si la photo avait été effectivement prise en septembre 1943, le Ville d'Ajaccio aurait dû avoir les couleurs de Fraissinet (cheminée blanche à toque noire) et on devrait apercevoir sur le roof arrière la tôle peinte en tricolore imposée par les marques de neutralité. quant au Casabianca il n'avait pas encore les 20 mm oerlikons puisqu'il n'ira en refonte aux USA qu'en 1944 (voir message ci-dessus de Nansouny).
De plus, si je me souviens bien du texte de l'amiral Lepotier, le commandant de la Marine à Ajaccio avait fait mouiller la Ville d'Ajaccio à quelques distance du quai afin de pouvoir appareiller au plus vite si les Allemands, venant de la côte orientale, étaient sur le point de reprendre la ville.
Donc probablement scène du film avec le Glorieux.

@+
Alain

Jean Lassaque
Messages : 372
Enregistré le : 09 Mar 2007, 10:17
Localisation : Paris

Re: 13 septembre 1943 le Casabianca et la libération de la C

Messagepar Jean Lassaque » 09 Sep 2013, 08:31

Bonjour à tous,
Sous cet angle, vous pouvez facilement distinguer le Casa du Glorieux en examinant les évents de circulation d'eau sous le pont volant : gros = Casa (je vois mal mais il me semble que c'est le cas) et petits = Le Glorieux. Il y aurait aussi l'étrave en dents de scie du Casabianca mais ellle semble hors champ.
Le massif du Casabianca exposé à Bastia (on se demande pourquoi ce n'est pas à Ajaccio) que j'ai encore vu cet été à l'occasion d'une escale pose un problème. Ayant été dégradé par la rouille, il a été largement reconstruit et aujourd'hui, c'est plus un symbole qu'une relique.
Cordialement
J. Lassaque

DELAMBILY
Messages : 594
Enregistré le : 16 Juil 2011, 15:08

Re: 13 septembre 1943 le Casabianca et la libération de la C

Messagepar DELAMBILY » 12 Sep 2013, 01:59

Salut à Tous,

Que monsieur Jean LASSAQUE me permette ces quelques lignes sur la présence du kiosque du Casabianca, à Bastia.
Les missions du Casabianca n'avaient pas pour but uniquement la libération d'Ajaccio, mais celle de la Corse.
Un cas similaire : le mémorial du débarquement de Provence se situe à Toulon, alors que le débarquement a eu lieu à l'extrémité est du département du Var, voire sur le territoire du département voisin (1). Because Big-Willy. L'inauguration par le Général, de ce mémorial, à l'occasion du vingtième anniversaire, le 15 août 1964, a faillit changer le cours de l'histoire de France, et peut-être plus.
Deuxième raison, double symbole à Bastia, le nom Casabianca est vénéré au nord de l'île (Vescovato), bien avant le décision du ministre François PIETRI, le 14 août 1934, de rebaptisé le s/m Casablanca en Casabianca, (pas question au sud de faire de l'ombre à l'Empereur).
Autre raison possible : une demande convaincante des amicales d'anciens marins et des édiles bastiais. Il semble que la population de la zone nord, a beaucoup souffert, de l'occupation Italo-allemande.

Outre le succès militaire, la libération du premier département français, n'est pas seulement la création d'une base arrière pour la poursuite des combats, mais a permis un ravitaillement urgent de la Corse.


Note 1 : Le premier et les plus éloigné à débarquer est le Groupe Naval d'Assaut, créé en Corse en septembre 1943, par l'amiral BATTET, commandé par le capitaine de frégate Roland SERIOT avec pour adjoint l'ingénieur mécanicien de première classe Lucien Jean Lazare CHAFFIOTTE, trois anciens de l'Emile Bertin. Le Groupe Naval d'Assaut (Force Rosie) est mis à terre, en charge de couper les communications, au cap Esquillon, entre Trayas et Théoule, dans des conditions très difficiles et dramatiques.

Cordialement,
André DELAMBILY, ancien du Gustave Zédé (1963-1966)

Jean Lassaque
Messages : 372
Enregistré le : 09 Mar 2007, 10:17
Localisation : Paris

Re: 13 septembre 1943 le Casabianca et la libération de la C

Messagepar Jean Lassaque » 14 Sep 2013, 15:57

Bonjour à tous,
André m'a passé en MP un scan de bonne qualité d'une variante de la première photo dont il résulte que :
C'est bien Le Glorieux jouant le rôle du Casa
Le paquebot en arrière-plan est le Fred Scamaroni (premier du nom)
Cordialement
J. Lassaque

Avatar de l’utilisateur
SALIOU
Messages : 1047
Enregistré le : 09 Juil 2007, 11:59
Localisation : BRETAGNE

Re: 13 septembre 1943 le Casabianca et la libération de la C

Messagepar SALIOU » 14 Sep 2013, 16:24

Bonjour,

En lien la fiche "French Lines" du Fred Scamaroni:

http://www.frenchlines.com/ship_fr_180.php

Le Fred Scamaroni est "Fraissinet" de 46 à mai 48, "C.G.T" à compter de mai 48.

Juste pour info, extrait des Mémoires de guerre du Général De Gaulle:

« Dès 1941, la France libre avait envoyé dans l'île le capitaine Scamaroni avec mission de préparer l'action. Pendant deux ans, Scamaroni avait fait un excellent travail, réussissant à coiffer tous les éléments de résistance, afin qu'aucun parti, qu'aucun clan, ne pût monopoliser à son profit l'effort de tous. C'est ainsi que le Front national, ayant pour chef politique Giovoni, pour chef militaire Vittori, tous deux communistes, avait pris l'attache du délégué de la France libre, comme l'avaient fait, de leur côté, les patriotes moralement rassemblés autour de Raimondi et des frères Giaccobbi, ou bien les équipes formées par d'anciens militaires, telle celle du lieutenant Alphonse de Peretti. Par malheur, le vaillant délégué était tombé aux mains des Italiens qui avaient occupé l'île au lendemain du débarquement des Alliés en Afrique du Nord. Affreusement torturé, Scamaroni s'était donné la mort pour garder ses secrets. »
Pierre

"Rame, rame, rameurs, ramez
on avance à rien dans c'canoë...


Retourner vers « Histoire des sous-marins français »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 3 invités