Le Fabert

Avatar de l’utilisateur
SALIOU
Messages : 1045
Enregistré le : 09 Juil 2007, 11:59
Localisation : BRETAGNE

Le Fabert

Messagepar SALIOU » 09 Fév 2018, 12:07

Bonjour,
Un ancêtre était à bord:
-de la Melpomène (frégate-école) en 1892, j'ai trouvé quelques infos mais je suis preneur de toutes infos.
-du Fabert (Second-maître) en 1896. Je n'ai pas d'information sur cette unité.
Merci à ceux qui pourraient m'éclairer.
Pierre

La Melpomène:

Frégate-école La Melpomène 1883-1943.jpg
Pierre

"Rame, rame, rameurs, ramez
on avance à rien dans c'canoë...

ALAIN
Messages : 1592
Enregistré le : 06 Fév 2012, 13:35
Localisation : MENTON

Re: Le Fabert

Messagepar ALAIN » 09 Fév 2018, 15:06

Bonjour Pierre,

Le Fabert était un croiseur de la classe Sané et Seignelay, construit à Rochefort lancé en 1874; en service en 1875; il est désarmé en 1899 et devient alors école des Mousses à Marseille jusqu'en 1903, il aurait été démoli à Toulon.

FABERT à marseille.jpg

Voici le Fabert école des mousses à Marseille

Cordialement

Alain

ALAIN
Messages : 1592
Enregistré le : 06 Fév 2012, 13:35
Localisation : MENTON

Re: Le Fabert

Messagepar ALAIN » 09 Fév 2018, 15:13

Pour la frégate la Melpomène voici un article du forum page 14-18 qui traite de ce navire.

https://forum.pages14-18.com/viewtopic. ... =MELPOMENE

Alain

DELAMBILY
Messages : 580
Enregistré le : 16 Juil 2011, 15:08

Re: Le Fabert

Messagepar DELAMBILY » 09 Fév 2018, 15:20

Salut à Tous,
Bonjour SALIOU,

Le Fabert est un croiseur de 2ème classe de 1950 t. type Infernet. Mis à flot le 1er août 1874, en service le 25 octobre 1877.
Le Fabert, sous le commandement du CF Forestier (PGF) depuis le 12 mai 1896, fait partie de la division navale de l'Océan Indien (DNOI), l'officier en second est le LV Mortenol (SHC). La DNOI est commandée par le CV Le Dô (AVA), avec marque sur le croiseur de 3e classe Lapérouse.

Pour la Melpomène, dans mes listes de commandement, j'ai un CV Dumont (Auguste Ernest), nommé le 17 février 1891, commandant de la frégate à voiles la Melpomène et l'école des gabiers.

Cordialement,
André DELAMBILY, ancien du Gustave Zédé (1963-1966)

Avatar de l’utilisateur
SALIOU
Messages : 1045
Enregistré le : 09 Juil 2007, 11:59
Localisation : BRETAGNE

Re: Le Fabert

Messagepar SALIOU » 09 Fév 2018, 16:49

Merci à vous,
Je n'en espérais pas tant...
Pour la Melpomène, sur la doc dont je dispose, elle est dite frégate-école de matelotage, ça colle avec les Gabiers.
Pierre

"Rame, rame, rameurs, ramez
on avance à rien dans c'canoë...

papa_chat
Messages : 409
Enregistré le : 14 Mar 2011, 13:12
Localisation : Paris / Lorient

Re: Le Fabert

Messagepar papa_chat » 09 Fév 2018, 21:59

bonjour à tous
il y a plusieurs ouvrages sur mortenol
pas impossible qu’ils détaillent ses campagnes
amities
papa chat

SL
Messages : 1515
Enregistré le : 21 Jan 2007, 16:50

Re: Le Fabert

Messagepar SL » 10 Fév 2018, 15:14

Bonjour,
Confirmation de ce qu'a écrit "Papa_chat", il existe plusieurs ouvrages consacrés à C. Mortenol.
Originaire de la Guadeloupe, fils d'esclave, il fut l'un des premiers antillais a être admis à l'école polytechnique. A sa sortie il choisit de servir dans la Marine où il fit une carrière sans doute contrariée par des préjugés raciaux puisqu'il ne dépassa pas le grade de capitaine de vaisseau.
L'administration des postes lui consacre cette année un timbre qui devrait sortir dans les prochaines semaines.
Cordialement SL

COMARGOUX
Messages : 497
Enregistré le : 26 Déc 2007, 09:24

Re: Le Fabert

Messagepar COMARGOUX » 11 Fév 2018, 10:09

Bonjour à tous,
SL a écrit
une carrière sans doute contrariée par des préjugés raciaux puisqu'il ne dépassa pas le grade de capitaine de vaisseau
.
On pourrait donc conclure, à partir de cette affirmation, que tous les polytechniciens ayant opté pour la Marine et n'ayant pas atteint le grade de contre-amiral (et ils sont très nombreux) ont été discriminés. Que penser également de tous les capitaines de vaisseaux ex-bordaches qui n'ont pas non plus atteint les étoiles ? Ont ils été discriminés ? A ma connaissance, on ne peut affirmer que Mortenol a fait l'objet de préjugés raciaux à moins d'en avoir des preuves écrites telles que des notes de ses supérieurs ou de la DPMM lui interdisant l'accès aux étoiles pour raison de couleur de peau non conforme. A contrario, on pourrait également affirmer, vu le faible nombre de Guadeloupéens, mais aussi Antillais, Africains, etc..., ayant intégré l'Ecole Polytechnique puis la Marine, que Mortenol aurait fait l'objet d'une "discrimination positive". Je pense que terminer sa carrière maritime comme capitaine de vaisseau (c'est loin d'être mon cas !) est déjà le gage d'une belle réussite.
Cordialement
Olivier

papa_chat
Messages : 409
Enregistré le : 14 Mar 2011, 13:12
Localisation : Paris / Lorient

Re: Le Fabert

Messagepar papa_chat » 11 Fév 2018, 10:27

bonjour
j’aimerais bien polémiquer avec vous sur le sujet « mortenol » qui est en effet bien plus complexe qu’il n’y parait avec, en premier lieu, une question qui peut paraître stupide mais ne l’est pas tant que ça « mortenol était il bien mortenol ? »
pour provoquer un peu, toutefois, je vous rappelle qu’il a fini sa carrière comme... Colonel d’artillerie !
amities
papa chat

basic
Messages : 217
Enregistré le : 25 Mar 2007, 18:13

Re: Le Fabert

Messagepar basic » 12 Fév 2018, 07:46

Bonjour,

D'après le site http://dossiersmarine.org/c-c6s.htm voici les caractéristiques du Fabert
Classe Sané sous plans Dutard.
Gréés en barque sans cacatois, leur étrave est droite. Ces navires seront classés croiseurs de 2e classe en 1873.

Caractéristiques
Dimensions : 80.30 x 11 x 4.73 m
Déplacement : 1920/2060 t
Vitesse : 15 n (13 n à la voile)
Effectif : 203 h
Propulsion : 1 hélice - machine de 460 chn, 1970 chi - charbon: 500 t
Voilure : 1429 m² (3 mâts barque), puis 1182 m² (brick)
Machine compound Forges et Chantiers de la Méditerranée pour Seignelay : 3 cylindres à bielles renversées d = 1,6 m (BP) et 1,3 m (HP) ; c = 0,8 m, 6 chaudières tubulaires et hélice 4 ailes de 5,84 m. Machines Indret pour les autres : 3 cylindres à bielles renversées : d = 1,45 m ; c = 0,8 m ; 4 chaudières tubulaires ; hélice 4 ailes de 4,2 m ; pour tous condenseur par surface ; Sané : 15 n à 95 t/mn pour une pression de vapeur de 2,12 atm et une puissance de 1967 chi, la consommation étant de 1,07 kg/chi/h.
Armement : 1 canon de 160 mm ; 8 canons de 140 mm dont 2 en chasse (1 avant et 1 arrière) ; 2 canons revolvers de 1pdr.
Autonomie : 5300 N à 10 n
Coque : bois

Historique
19-12-1873 : prise de commandement par le Capitaine de vaisseau LEFÈVRE-DUBUA
30-8 au 16-9-1875 : armé pour essais relatifs à la tenue du gréement, à la manœuvre des mâts, des vergues, des voiles et de l’artillerie en rade et à la mer puis mis en réserve en 1876.
25-10-1877 : armé à Rochefort.
2-11-1877 au 18-3-1880 : appareillage de Rochefort pour une campagne aux Indes.
25-3-1881 : armé pour la station des Antilles puis retour le 15-1-1883 à Rochefort et y être désarmé le 1-2-1883.
29-4-1885 : transit de Rochefort à Saïgon, durant lequel il subit dans le golfe d'Aden, un cyclone fatal pour le Renard.
Fin printemps 1985 : Intégration dans l’Escadre Extrême Orient.
25-7-1885 : appareillage vers station du Pacifique.
1-1-1886 (nomination du 1-4-1885) : prise de commandement par le Capitaine de frégate Paul Edouard COCHET au sein de la Division navale du Pacifique sous les ordres du Contre-amiral Adolphe MARCQ LE BLOND DE SAINT-HILAIRE, chef de division. Travaux d’ d'hydrographie sur les côtes de Bornéo et de Nouvelle-Guinée menées par l’officier en second, le Lieutenant de vaisseau Albert ROUYER.
2-1887 : basé à Nouméa.
14-11-1887 : le Capitaine de frégate BÉNIER installe officiellement le protectorat sur l’île de Wallis.
7-1891 : participation aux manœuvres navales à Cherbourg.
7-1894 : présent à Cherbourg.
23-7-1896 : intégration de la Division navale de l'Océan Indien en relève du croiseur Dupetit-Thouars.
1-1-1897 (nomination du 12-5-1896) : prise de commandement par le Capitaine de frégate Pierre FORESTIER au sein de la Division navale de l'Océan Indien sous les ordres du Capitaine de vaisseau Augustin LE DÔ, chef de division. Après avoir participé au début de la campagne de guerre de Madagascar en 1894, prise de fonction d’officier en second par le lieutenant de vaisseau Sosthène Héliodore Camille MORTENOL jusqu’en mai 1898 où, diminué par le paludisme qui le poursuivra tout au long de sa carrière, il rentre en France à bord du paquebot Pei Ho.
18-2-1897 à 14h10 - : au nom de la France, prise de possession de l'ilot JUAN de NOVA.
22-2-1897 à 07h25 - : au nom de la France, prise de possession de l'ilot EUROPA.
22-8-1897 à 10h45 - : au nom de la France, prise de possession du récif de BASSAS da INDIA.
27-10-1898 : débarquement à Nosy Bay de sa compagnie divisée en deux groupes pour contrer l’insurrection du Nord-ouest de Madagascar.
1-1-1899 (nomination du 14 mai 1898) : Capitaine de frégate Alphonse PICHON auprès du Capitaine de vaisseau Eugène LORMIER, chef de la Division navale de l'Océan Indien.
2000 : Bâtiment-école des Mousses de la marine marchande à Marseille.

Le journal de bord du Fabert pour la période mai 1896 à décembre 1889 est présent aux Archives du Morbihan sous :
Notice :
42 J 50 - Journaux de bord du croiseur 'Le Duquesne' (avril 1894-mai 1895), du croiseur 'Le Fabert' (mai 1896-mai 1898), du cuirassé 'Le Courbet' (oct. 1898-sept. 1899), du cuirassé 'Le Charlemagne' (sept. 1899-déc. 1899), du contre-torpilleur 'Le La Hire' (jan. -oct. 1900), de l'aviso 'L'Ibis' (fév. -juin 1909). 1894-1909
10/02/2018 17:22:16


Pour ce qui concerne le Capitaine de vaisseau Mortenol (fils de André devenu Mortenol après avoir été affranchi), voici des notations d’un officier général et d’un officier supérieur rapportées dans le livre « Noir Blanc Rouge - Trente-cinq noirs oubliés de l'histoire de France » :
« Quelle que soit son intelligence et quelles que soient ses qualités apparentes, je considérerai toujours comme très fâcheuse l’introduction d’officiers de cette race dans la Marine. Le service en souffre souvent et beaucoup. » ;
« Monsieur Mortenol est un excellent officier, dont j’ai déjà eu l’occasion d’apprécier les services. La seule chose qui lui soit préjudiciable est sa race, et je crains qu’elle soit incompatible avec les positions élevées de la Marine, que son mérite et son instruction pourraient lui permettre d’atteindre sans cela. Il est, du reste, plein de tact et sait parfaitement se faire obéir. J’estime qu’il peut être employé comme bâtiment léger dans une escadre. » ;
« Monsieur le Lieutenant de vaisseau Mortenol a rempli les fonctions d’officier en second du Fabert avec beaucoup d’intelligence, de tact et de savoir-faire. Malgré une campagne extrêmement dure et une navigation incessante, le bâtiment a toujours été parfaitement tenu, au personnel et au matériel. Malgré les inconvénients que je trouve à confier un commandement à un officier de sa race, je le propose pour un torpilleur d’escadre ou un transport de France. ».

En fonction à la tête des services maritimes de la défense de Brest lors du déclenchement de la Première Guerre mondiale, le général Gallieni, gouverneur militaire de Paris, qui avait apprécié la valeur de Mortenol lors du conflit à Madagascar, lui fait appel lorsque la menace allemande s’intensifie sur la capitale. Début 1915, il est nommé directeur du Service d'aviation maritime du camp retranché de Paris (défense antiaérienne). Son mode de défense de la capitale et les moyens qu’il avait mis en périphérie permettent de déjouer une tentative de raid allemand sur Paris le 21 mars 1915.
En 1917, alors qu’il a atteint l’âge de la retraite, Mortenol est maintenu dans ses fonctions et nommé colonel d’artillerie de réserve.
Il est démobilisé le 15 mai 1919, rayé des réserves de la Marine le 7 mars 1922 et de l’armée de terre le 10 janvier 1925
Il est promu au grade de Commandeur de la Légion d’honneur, le 16 juin 1920, avec la citation suivante :
« Officier supérieur du plus grand mérite, à son poste jour et nuit pour veiller sur Paris, assure ses fonctions avec un rare dévouement et une compétence éclairée ».
Devenu veuf sans enfant en 1925, il s’éteint le 22 décembre 1930 à Paris et repose au cimetière de Vaugirard, travée 5.
A Paris, le samedi 9 septembre 2014, Camille Mortenol, a été choisi avec trois autres soldats pour incarner les héros de la capitale lors de « la Grande Guerre ». Un hommage lui a été rendu par l’amiral chef d’état-major de la Marine Bernard Rogel, à l’Hôtel de la Marine, place de la Concorde.

Cordialement .
Basic

COMARGOUX
Messages : 497
Enregistré le : 26 Déc 2007, 09:24

Re: Le Fabert

Messagepar COMARGOUX » 12 Fév 2018, 17:19

Bonjour à tous
et merci à Basic pour ses éclaircissement sur le CV Mortenol : Dont acte ! Le CV Mortenol a bien été bridé dans sa carrière du fait de la couleur de sa peau. Honte à la Marine !
Cordialement
Olivier

Avatar de l’utilisateur
SALIOU
Messages : 1045
Enregistré le : 09 Juil 2007, 11:59
Localisation : BRETAGNE

Re: Le Fabert

Messagepar SALIOU » 12 Fév 2018, 20:10

Merci à Basic,
J'avais pourtant cherché sur ce site, il devait y avoir de la brume!!
Pierre

"Rame, rame, rameurs, ramez
on avance à rien dans c'canoë...

DELAMBILY
Messages : 580
Enregistré le : 16 Juil 2011, 15:08

Re: Le Fabert

Messagepar DELAMBILY » 19 Fév 2018, 17:46

Salut à Tous,

I - Bibliographie du CV Mortenol : Je dispose dans ma bibliothèque du livre (446 pages) d'Inez Fischer-Blanchet et Oruno D. Lara intitulé "Capitaine de Vaisseau MORTENOL - Croisières et campagnes". L'Harmattan, 2001.
Etrange rédaction où sont compilés les pièces justificatives sans distinction avec les éléments de biographie et les récits de campagnes. Le passage du commandant Mortenol sur le Faber se limite à trois pages, la page 412 où est recopiée la liste des officiers du bâtiment figurant dans les annuaires de la marine de 1897, de 1898 et de 1899. Une photo du Fabert, page 23 du cahier iconographique des embarquements de cet officier et la citation de cette dernière dans la page 433 (table des illustrations).

II - Dans l'historique de Basic, les lignes concernant deux commandants débutent par le 1er janvier 1886 et 1er janvier 1897, il s'agit là d'une mauvaise interprétation des textes sur le site du collègue "Landelle". Cette date correspond à la date de mise à jour de l'annuaire de la marine (qui sert de source), quant à la date précédée du mot "nomination", il s'agit en fait de la prise de commandement (pdc) ou de fonction (pdf).

III - Les commandants du Fabert d'après mon tableau de commandement :
- CV (12/05/1874) Barbotin Auguste Viviat, nommé le 8 février 1881 (JO du 9 février), date de pdc inconnue.
- CF (31/05/1881) Cochet Paul Edouard, nommé le 19 mars 1885 (JO du 21 mars), pdc le 1er avril 1885 (AM 1887, page 798).
- CF (1er/03/1884) Bénier Ernest Albert, date de nomination inconnue, pdc le 1er avril 1887 (AM 1888, page 801).
- CF (05/03/1890) Dantin Antoine Aristide, nommé le 11 juin 1891 (JO du 13 juin), date de pdc inconnue.
- CF (19/09/1891) de Marolles Louis Roger Gérard, nommé le 14 juin 1894 (JO du 16 juin), date de pdc inconnue.
- CF (15/09/1892) Forestier Pierre Georges Fernand, nommé le 5 mai 1896 (JO du 7 mai), pdc le 12 mai 1896 (AM 1897, page 913).
- CF (28/06/1893) Pichon Alphonse Marie, nommé le 14 mars 1898 (JO du 16 mars), pdc le 14 mai 1898 (AM 1899, pages 801-802).

Le prénom usuel du commandant Forestier est Fernand et non Pierre.
Le CV Lefèvre-Dubua Edouard Marie est au 1er janvier 1874 (AM 1874) et au 1er janvier 1877 (AM 1877), major de la marine au port de Lorient. Il est dit commandant du Fabert le 12 octobre 1877 sur le site dédié.

AM = Annuaire de la marine. JO = Journal Officiel.

Cordialement,
André DELAMBILY, ancien du Gustave Zédé (1963-1966)


Retourner vers « Histoire de la marine française : De la naissance de la vapeur à nos jours »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités