Canonnières-dragueurs de mines classe ARDENT

ALAIN
Messages : 1662
Enregistré le : 06 Fév 2012, 13:35
Localisation : MENTON

Re: Canonnières-dragueurs de mines classe ARDENT

Messagepar ALAIN » 11 Oct 2013, 09:16

Merci Pierre de me citer; parce que c'était déjà moi qui avait identifié les navires sur ce site!
Cordialement

Alain

Avatar de l’utilisateur
SALIOU
Messages : 1047
Enregistré le : 09 Juil 2007, 11:59
Localisation : BRETAGNE

Re: Canonnières-dragueurs de mines classe ARDENT

Messagepar SALIOU » 11 Oct 2013, 09:54

ALAIN a écrit :Merci Pierre de me citer; parce que c'était déjà moi qui avait identifié les navires sur ce site!
Cordialement

Alain


Oui, j'ai édité mon post quand je m'en suis aperçu. Je vais m'entraîner à éditer plus vite que mon ombre :D
Pierre

"Rame, rame, rameurs, ramez
on avance à rien dans c'canoë...

ALAIN
Messages : 1662
Enregistré le : 06 Fév 2012, 13:35
Localisation : MENTON

Re: Canonnières-dragueurs de mines classe ARDENT

Messagepar ALAIN » 11 Oct 2013, 10:02

Nous naviguons dans les mêmes eaux, il est normal que l'on se retrouve sur plusieurs sites!

Cordialement

Alain

jeg
Messages : 1
Enregistré le : 07 Juin 2018, 08:52

Re: vieille coque en rivière

Messagepar jeg » 07 Juin 2018, 19:30

Jean Lassaque a écrit :Bonjour à tous,
Quelques infos sur la fin de l'Impétueuse.
L'Impétueuse était en réserve normale à Brest en 1936 et devait réarmer en décembre ou janvier pour participer aux patrouilles sur la côte d'Espagne mais les travaux furent jugés trop importants et elle a été placée en réserve spéciale en novembre 1936 (C'est l'aviso Vauquois qui a réarmé pour ces missions, sous le commandement du CC Gayral qui avait été initialement nommé au commandement de l'Impétueuse) puis envoyée à Landévennec vers janvier/février 1937. En prévision de sa condamnation, l'Impétueuse a été ramenée dans l'arsenal où elle a séjourné de mai à juillet 1937 pour le débarquement de matériels réutilisables, notamment l'artillerie (C'est l'époque où on a réalisé que l'artillerie prévue pour les avisos-dragueurs type Elan ne serait jamais prête à temps). Remorquée à landévennec le 30 juillet 1937, l'Impétueuse a été condamnée le 5 août 1937.
La coque de l'ex-Impétueuse aurait été vendue à Brest le 27 avril 1939. Peu après, elle est partie à la remorque vers un chantier de démolition indéterminé mais l'opération a mal tourné dès la sortie du goulet de Brest et l'épave est partie à la plage de Pors Milin (d'autres sources disent de Trigana, mais ne chipotons pas : il y a 500 mètres entre les deux) où elle a été abandonnée.
Revendue une deuxième fois en 1949, l'épave a été démantelée sur place.
Cordialement
J. Lassaque


Je viens de découvrir ce message se rapportant à "L'Impétueuse"
En effet né en 1941 à proximité de la plage de Porsmilin, je peux confirmer vos dires. Ce bateau dont j'ai jusqu'à la lecture de votre message ignoré le nom a été à plusieurs reprises le lieu d'amusement des garnements du secteur dont je faisais partie.
Echoué sur la partie ouest de la plage à l’aplomb de la falaise, sur la commune de Plougonvelin (la partie est de la plage se situe sur la commune de Locmaria-Plouzané) il est bien reconnaissable sur les photos. Pendant l'occupation les Allemands ont dû s'en servir comme but de tir, la partie arrière était déchiquetée.
La découpe de la coque a dû se faire à partir de 1950, j'étais encore à l'école primaire.
L'entreprise de ferraillage chargée du travail, découpait entre chaque marée de gros tronçons qui à l'aide de treuils et camions GMC étaient ramenés sur le terre plein derrière le mur de l'Atlantique où le travail de découpe continuait pour réduire chaque anneau.
Pour permettre aux camions de rouler sur le sable des plaques de tôle spéciales terrain d'aviation étaient utilisées.
Je me souviens des chalumistes noir de fumée, découpant sans aucune protection ces tôles.
Mais je ne me souviens pas qu'il y ait eu d'accidents lors de ces découpages ô combien dangereux, nous ne nous approchions pas de la zone de travail.
Pendant plusieurs années lors des grandes marées d'équinoxe et les mouvements de sable vers le large on a pu voir apparaître quelques morceaux de la quille restés enfouis. Actuellement la plage est tout à fait sécurisée.
Cordialement. Guy Jégouic.


Retourner vers « Histoire de la marine française : De la naissance de la vapeur à nos jours »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 5 invités