Contre-torpilleur 300/350 tonnes.

Klaus Günther v. Martinez
Messages : 863
Inscription : 12 mai 2007, 09:41
Localisation : Allemagne

Message par Klaus Günther v. Martinez »

Looks like the "Francisque" wasn`t scrapped in 1922, JeanPierre writes:
"Son dernier port d'attache fut Barfleur".
Might be we get some answer from him, see the last two posts here:
http://pages14-18.mesdiscussions.net/pa ... _677_1.htm

Cordialement
Klaus Günther
Klaus Günther v. Martinez
Messages : 863
Inscription : 12 mai 2007, 09:41
Localisation : Allemagne

Message par Klaus Günther v. Martinez »

MLQ
Messages : 13
Inscription : 27 août 2011, 09:08

Message par MLQ »

Bonjour

Merci à Klaus Günther v. Martinez
l'évolution en 20 ans
Image

Uploaded with ImageShack.us
Image

Uploaded with ImageShack.us
Image

Uploaded with ImageShack.us
yvo35
Messages : 285
Inscription : 28 déc. 2009, 13:27
Localisation : Bretagne

Message par yvo35 »

Bonjour,
L'échouage ne fut donc pas accidentel. Reste à savoir pourquoi la démolition n'a pas été entreprise suite à l'acquisition.
Cordialement.
Yvonnick
Jean Lassaque
Messages : 373
Inscription : 09 mars 2007, 10:17
Localisation : Paris

Message par Jean Lassaque »

Bonjour à tous,
Décidément, quand on vieillit....
Je pouvais me souvenir de cette photo de l'épave de la Francisque : elle était dans mes dossiers !
Image

Uploaded with ImageShack.us
Au verso est écrit : " Torpilleur échoué à la plage de la Bretonne à Barfleur, juillet 1934"
Je remarquerais que l'épave ne s'est pas beaucoup dégradée entre 1934 et l'Occupation, mais je crois que sur ce coup-là, il vaut mieux que je reste discret....
Cordialement
J. Lassaque
MASSON
Messages : 1
Inscription : 18 juin 2017, 18:10

Re: Contre-torpilleur 300/350 tonnes.

Message par MASSON »

Je reviens sur la fin du contre torpilleur la Francisque.
Certains se posent la question de l'épave.
La francisque a été racheté en 1922 par Octave Ruaux, un expéditeur maraîcher de Barfleur, qui l'hiver désarmait les bat eaux et récupérait différents équipements
Qu'il revendait ensuite.
Malheureusement Octave Ruaux est décédé peu de temps après et le bateau est resté dans le port de Barfleur pendant de nombreuses années.Sa veuve ayant d'autres soucis que de s'occuper de lui.
C'est seulement au début de la 2eme guerre mondiale qu'il a été remorqué hors du port de Barfleur et qu'il s'est échoué suite une rupture de câble sur une plage (à droite en sortant du port) qui s'appelle le "Craco".
Cette épave que l'on voit sur les cartes postales était un lieu de jeu dans les années 1946-1953 pour les garçons de 9-10 ans
Suite à un accident, la ville de Barfleur a procédé à sa destruction
antietam
Messages : 114
Inscription : 23 juil. 2017, 13:58

Re: Contre-torpilleur 300/350 tonnes.

Message par antietam »

Bonjour,
Merci pour les éléments très précis apportés par Masson.
Effectivement, on constate très souvent un laps de temps considérable entre le désarmement d'un navire et sa disparition définitive.
En ce qui concerne ce torpilleur, aucun doute sur son identité : il s'agit bien de La francisque. Sur la carte postale que je possède, les lettres noires "FQ", bien que peu visibles sont encore apparentes sur la coque.
Par contre, je me pose toujours des questions sur la date de l'échouement. Masson indique que le navire a été remorqué du port de Barfleur et qu'il s'est échoué accidentellement au début de la deuxième guerre mondiale.
Cette période me parait incompatible avec la date de l'expédition indiquée sur ma carte postale "24 août 1939" et surtout celle de Lassaque "juillet 34",
la date de Lassaque étant certainement la plus proche de la vérité, ma carte postale ayant pu être expédiée plus de 5 ans après son édition.
A noter que la légende de ma carte (Editions Normandes le Goubey) est la suivante : 4164 -Barfleur (Manche) - A la Bretonne - Torpilleurs en démolition. le "S" à la suite de "torpilleur" signifie t'il que d'autres navires étaient en cours de démolition ? En tout cas aucun autre, en dehors d'une barque de pêche en arrière plan, n'est visible.
Antietam
ALAIN
Messages : 1875
Inscription : 06 févr. 2012, 13:35
Localisation : MENTON

Re: Contre-torpilleur 300/350 tonnes.

Message par ALAIN »

"Effectivement, on constate très souvent un laps de temps considérable entre le désarmement d'un navire et sa disparition définitive".
Ce laps de temps s'explique le plus souvent parce que le navire désarmé est conservé comme caserne ou comme ponton d'amarrage comme à Rochefort jusqu’à la fermeture de l'arsenal ou à Lorient ou des anciennes frégates ou des avisos du XIX ém servaient encore de pontons d'amarrage lors de la seconde guerre mondiale; dans ce cas précis il s'agit d'un échouage involontaire qui s'est prolongé tout comme le cas de la canonnière l'Impétueuse condamnée en 1937 échouée sur une plage près de Brest et qui ne sera démolie qu'en 1949.

Alain
Répondre